07/11/2008

La présence de l'énergie Divine;

 

3dn3wvpl

                        La présence de l’énergie Divine,

On ne peut donner une densité correcte à la chaleur car elle fait partie de la lumière, et nul ne peut en donner à la lumière.
L'ensemble chaleur lumière est une énergie propre au Divin, voila dés lors qui nous prouve notre appartenance à ce même Divin, étant une forme énergétique offrant lumière et chaleur.
Lumière oui oui, cette aura dont nous sommes tous porteur et que la photo Kyrlian peut dévoiler, met en évidence certaine tout cet ensemble que nous possédons tous émargeant de notre appartenance Divine.
Voila pourquoi nous pourrions êtres en mesure de penser que:
L'esprit Créateur étant énergie de son état, se nourrit de la même énergie dont il conçoit absolument tout.
Que chaque atome de toute chose vivante étant une source d'énergie, nous pouvons alors admettre que nous possédons notre part de Divinité, mais que toutefois étant soumis au libre choix du bien et du mal, certains dont l'esprit restera voilé à jamais utiliseront cette énergie aux mauvaises fins.
Et d'autres âmes dont l'esprit se veut sans cesse de rejoindre au plus prêt le Créateur de leur vivant s'adonneront à tout ce que de meilleur.
Toutefois Jamais un humain ne peut en juger un autre, car les lois de Dieu étant impénétrable, il peut parfois lui-même exiger d'un être, ce qui au yeux des autres ne pourra paraitre comme parfait, loin de la.
L'énergie se nourrit d'énergie, oui c'est la le secret de l'alchimie.
L'énergie créatrice s'entoura d'autres esprits purs, (les anges.)
Ensuite il créa l'homme dont il fournit l'énergie de vie et survie notamment par la nourriture, elle même énergie, mais aussi par son pouvoir d'action qui entraine une explosion d'énergie pure, sachant atteindre le Divin.
De la vinrent ensuite les esprit purs par leur état de désincarnation, le nombre étant alors une donnée puissante d'énergie nécessaire à la contribution de l'ensemble Divin.
Mais la descendance étant toujours êtres de chair, ils servent encore et aussi la même cause du principe Divin!
Il est une action de base entrainant une source véritable d'énergie pure, qui si elle est contrôlée et assistée engendre de surcroit chaleur dépassant celle propre au corps, mais peut atteindre un potentiel de lumière devenant dés lors visible à l'oeil nu.
Le voile gris de l'esprit étant déchiré, l'esprit dit humain est touché directement par l'énergie Divine, qui s'associe dés lors et deviennent ensemble la surnommée alchimie.
Des dizaines de lives de kabbale tentent à dire la présente chose sous des formes elles-mêmes voilées obligeant chaque être qui en entame l'étude à s'engloutir d'avantage dans des recherches souvent bien vaines.
Cette énergie ne s'arrête aux principes, elle fonce sans cesse, va de l'avant, et se fiche du dire de ceux qui ne savent pas!
Elle est puissante, salvatrice, dissociable des êtres à l'esprit voilé, elle ne craint rien.
Elle est indulgente, aimante elle fait partie du tout qui ne fait dés lors plus qu'un seul.
N'est pas mesurable.
Marie Christal
(c)(r)

 

26/12/2007

Ils vinrent aux portes des cieux,

 

 

ange014

Ils vinrent mille,

Et  de ne point être reçus, ils repartirent tous déçus

Ils vinrent dix milles,

Mais tous furent rejetés et ils s’en sont allés

Ils vinrent cent mille,

Mais tous dans la combativité  ils se sont retirés l’âme mortifiée,

Il en vint un,

Qui vêtu de haillons,

N’osa frapper de crainte d’être à son tour rejeté,

Mais voici qu’une voix se fit entendre et l’invita à entrer

À la porte se trouvait un ange qui après l’avoir brièvement regardé

Il s’en alla auprès du roi des rois et dis

Seigneur il en est un,

Qui cache un cœur bon et une âme pure derrière ses haillons,

Le roi dit alors,

Qu’on le fasse entrer

Qu’il soit débarrassé de ses haillons,

Qu’on le couvre de vêtements riches brodés de fil d’or,

L’ange obéit et sur le champ ce fut accomplit

Il fut  mis à la place d’honneur à la table du roi des rois,

Il festoya avec le seigneur mangea rit

Mais après le repas il ôta ses somptueux vêtements,

Il se revêtit de ses haillons,

Et se retira sans bruits,

Le seigneur observa il ne dit mot de cela,

Mais lorsque humblement il fut parti,

Le seigneur roi des rois dit

En lui est la grâce,

Mais il ne voulut pas de gloire,

Qu’il soit béni jusqu’à la fin des temps.

 

Marie Christal

©®

13/03/2007

Un éclat de lumière,

 

469

 

Une réflexion, une étincelle, un éclat de lumière,

A toi qui n’a pas vraiment de nom,

A toi qui comprend tout en toi,

En toi je crois, oui je crois.

 

Je crois en la pureté,

Je crois en la beauté,

Je crois en la bonté,

Je crois en la justice.

 

Je crois en la vie, aux fleurs qui éclosent,

Au rayon de soleil qui caresse la peau,

Je crois en la pluie abreuvant la terre,

Au ciel qui s’assombrit doucement.

 

Je crois à l’orage qui vient claquant,  foudroyant,

Je crois aux saisons, à la beauté du changement,

Je crois aux océans, dont le remoud chantant,

Des vagues offre à mon esprit repos, bien être.

 

Je crois en la douceur d’un matin de printemps,

Ou le cri du nouveau-né réjouit les cœurs,

Je crois en l’homme bon et aimant,

En la femme qui se faire tendre maman.

 

Oui en tout cela je crois,

Car tout ça vient de toi,

Tu n’as pas muni l’homme de perfection,

Tu lui laisses libre choix de la trouver !

Par tout cela je crois, et j’ai immenses respects.

Marie Christal

©®

01:22 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : spiritualite, amour, foi, respects |  Facebook |

01/12/2006

Célestes trompettes,

 

anges%20trompettes

 

Célestes trompettes,

Sonnez donc par sept,

Afin que des cieux retentissent,

Le son de la justice

L’homme imbu de lui-même,

Craindra alors le suprême,

Châtiments seront distribués,

Aux glorieux candidats à la haine,

anges%20musique

Tandis que,

L’ange d’amour sous ses ailes,

Viendra les justes abriter.

Marie Christal

©®

05:37 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : anges, trompettes, spiritualite, plume blanche |  Facebook |

20/09/2006

Histoire le petit grain de sable,

 

 

 

 

Il était une fois un petit grain de sable,

 Seul enfouis très loin dans l’obscurité d’un rebord de rocher,

Il était si seul et s’ennuyait tellement,

 Qu’il pensa un jour,

 Se fossiliser au rocher en lui donnant sa vie.

 C’est alors qu’il aperçu au loin un rayon de lumière,

 et le petit grain de sable se mit à l’appeler de toutes ses forces,

 Lumière je t’en prie approches toi par ici,

 Éclaires moi et dis moi qui je suis s’il te plait ?

 La lumière s’approcha et éclaira le petit grain de sable

 Qui alors lui demanda,

 Qui donc est tu ?

 La lumière répondit mon nom est Je Suis Celui Qui Est,

Mais qu’est ce que cela veut dire demanda le petit grain de sable,

Cela veut dire Dieu rétorqua la lumière !

 À ce nom le petit grain de sable

Compris sur le champ qu’il devait le plus grand respect,

Et il demanda mon Dieu qui donc suis-je

 Pour être si seul ainsi dans le noir ?

Dieu répondit mais tu es un petit grain de sable qui n’a rien à faire ici,

Crois tu en moi demanda Dieu ?

Oh oui répondit le petit grain de sable.

Bien alors je vais t’envoyer parmis les tiens,

 Non pas sur une plage, mais dans le désert,

Où tu iras avec tes frères

 Consolider un chemin parcouru par les humains.

Le petit grain de sable accepta toutes les conditions imposées par Dieu,

 Et se vit aussitôt soulever par un vent de brise,

 Qui l’emmena dans le désert,

 Et, pour le récompenser de sa foi,

 Dieu le fit briller si fort, qu’il devint pépite d’or.

 A son arrivée,

 Il fut surprit du nombre de petits grains de sable

 Que contenait le désert,

 Et très vite il s’aperçut

Qu’il en était le plus beau par son éclat et sa splendeur !

Dés lors il oublia rapidement Dieu et les promesses qu’il lui avait faites,

 Il s’échappa du chemin qui non consolidé devint mouvant,

Et il riait de voir les humains s’enfoncer dedans.

Un jour il vit des yeux s’approcher de lui,

 Et une main humaine se saisit de la pépite,

Et le petit grain de sable fut emmené,

 Travaillé, et enchâssé dans une parure,

 Qui faisait de lui un bijou qu’une femme portait autour du coup,

 Il ne se plaisait pas la, il était seul et prisonnier.

Il eu beau crier appeler Dieu rien n’y fit,

 Alors dans ce désarroi le petit grain de sable redevint ce qu’il était,

 Triste et sans éclat,

 Ayant perdu sa beauté,

Il fut jeté dans un coffre ou nul ne se soucia plus de lui,

 Il y faisait noir et froid,

 Et le petit grain de sable regrettait amèrement le soleil étincelant du désert,

 Mais rien n’y faisait il restait prisonnier.

Il resta la très longtemps cherchant en vain toutes sortes de solutions,

 Et lorsqu’il fut au plus grand désespoir,

 Il se souvint alors de Dieu,

 Et de toutes les promesses qu’il lui avait faites.

Le petit grain de sable à ces souvenirs fut tout dépité,

 Et dans un effort ultime s’adressa à Dieu en ces termes.

Mon Dieu tu m’as sortis du rocher,

 Tu m’as fais connaître les miens et par-dessus tout,

 Tu m’as donné l’éclat suprême,

 Et moi, je me suis soustrais à toutes mes promesses,

 Allant jusqu'à t’oublier,

Oh mon Dieu comme je regrettes,

 Elle est bien juste cette punition,

 Et le petite grain de sable sanglotant s’endormit.

Tout à coup il fut éveillé par une lumière étincelante,

Dieu lui parla en ces termes,

Tu as sus atteindre mon cœur en mettant la vérité à ton esprit,

 Je te permets de t’en aller,

Non pas dans le désert,

 Mais tu feras tes preuves sur une plage,

Tu ne seras plus pépite d’or mais tu prendras la couleur blanche,

 

 

Et, pour récompenser ta foi je te ferais prospère jusqu'à ce que la plage entière,

Soit recouverte de grains de sable  blanc !

 Et à nouveau un vent de brise ôta le petit grain de sable

 De sa double prison et l’emmena.

Ce fut ainsi que le petit grain de sable prospéra

Jusqu’à ce que la plage entière fût blanche,

 Il prenait grand plaisir avec les autres à combler les trous,

 Pour qu’aucun humain ne tombe,

 Il consolidait en riant les châteaux de sable des enfants,

Il était si heureux, qu’il remerciait sans cesse Dieu.

Un jour Dieu revint et dit au petit grain de sable,

Tu as accomplis tout ce que j’attendais de toi,

Toutes les promesses que tu m’avais faites tu les as tenues,

 Aujourd’hui je viens t’annoncer que tu peux retourner dans le désert !

 Et le petit grain de sable répondit mon Dieu si tel est ton désir je t’obéirais,

 Mais je regretterais toujours cette plage.

 Dieu répondit à son tour, je savais qu’ici tu aimerais rester alors restes donc,

 Et continues d’accomplir ce dont pourquoi tu es fait et fut créé,

 Le petit grain de sable ravi remercia profondément Dieu.

Le petit grain de sable avait choisi son chemin,

Et son destin s’appelait bonheur.

Et vous ?

Avez-vous choisis votre chemin ?

Marie Christal

©®

 

04:59 Écrit par Marie-Christal dans Loisirs | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : histoire, enfants, adultes, plume blanche, spiritualite |  Facebook |

25/08/2006

Fusion des extrêmes,

 

 

Provenant d’une magie, aux sons limpides,

Cristallins et purs, amenant au voyage,

Jusqu’au plus profond de mon âme,

Tu me prends par la main,

Me faisant entendre la pureté de ta divine essence,

Aux ailes de lumières jetant éclats d’émeraudes,

Par dessus la terre fusion de l’âme et l’esprit,

Tu m’emportes dans cet univers pays d’Hor,

Fusion du Divin avec l’humain dans l’harmonie,

D’une douce symphonie Alchimie d’Amour,

Devant la source sacrée,

De tes ailes une plume fit tombée,

Saisissant au passage une larme coulée,

J’en fis encre de mon cœur qui des ses mots d’amour,

Voulut écrire pour la terre,

Un doux et merveilleux chant de paix,

Symbiose limpide fusion planétaire,

Union parfaite des symphonies offertes à l’humanité,

Unissant la grâce du plus parfait à l’imparfait,

Recréant dans son ensemble une unité,

D’amour, de joie, de splendeur et de paix,

Fusion des extrêmes dans lequel l’amour règne.

Fusion exquise et parfaite dans laquelle,

Il est un règne de symphonie Divine et humaine.

Marie Christal

©®

22:52 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour, symphonie, spiritualite, plume blanche |  Facebook |

17/07/2006

Ils virent,

 

Ils vinrent mille,

Et  de ne point être reçus, ils repartirent tous déçus

Ils vinrent dix milles,

Mais tous furent rejetés et ils s’en sont allés

Ils vinrent cent mille,

Mais tous dans la combativité  ils se sont retirés l’âme mortifiée,

Il en vint un,

Qui vêtu de haillons,

N’osa frapper de crainte d’être à son tour rejeté,

Mais voici qu’une voix se fit entendre et l’invita à entrer

À la porte se trouvait un ange qui après l’avoir brièvement regardé

Il s’en alla auprès du roi des rois et dis

Seigneur il en est un,

Qui cache un cœur bon et une âme pure derrière ses haillons,

Le roi dit alors,

Qu’on le fasse entrer

Qu’il soit débarrassé de ses haillons,

Qu’on le couvre de vêtements riches brodés de fil d’or,

L’ange obéit et sur le champ ce fut accomplit

Il fut  mis à la place d’honneur à la table du roi des rois,

Il festoya avec le seigneur mangea rit

Mais après le repas il ôta ses somptueux vêtements,

Il se revêtit de ses haillons,

Et se retira sans bruits,

Le seigneur observa il ne dit mot de cela,

Mais lorsque humblement il fut parti,

Le seigneur roi des rois dit

En lui est la grâce,

Mais il ne voulut pas de gloire,

Qu’il soit béni jusqu’à la fin des temps.

Marie Christal

©®

20:22 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : plume blanche, spiritualite |  Facebook |