25/07/2007

Tourbillons des sens,

 

amour0164

 

Une vision, intemporelle un émoi dans les mois d’attente,

Des regards qui se rencontrent aux yeux bleus fusion d’azur,

Qui s’imprègnent de merveilleux, union des cœurs,

Laissant loin derrière soi, les jours de ciel gris et de pleurs.

BARRA02

 

Esprits embrouillés poitrine déchainée à coups de battements,

Voulant laisser entrer un bonheur sans tourment.

Évoluant sous la coupe de son amour qu’elle attendait,

Depuis si longtemps, serait-ce toujours ?

BARRA02 

Quand de ses nuits blanches tu emprunts tout de rose,

Chaque soir elle se meurt pour renaître femme dans tes bras,

A l’aube dorée ou son corps frémit encore sous la caresse de tes doigts,

Alors que tu te fonds en elle dans un soupir ardent fusion extrêmes,

Tu as abattus les anathèmes pour te rendre jusqu'à elle.

BARRA02 

Peignant d’ocre le rose tu ajoutes encore parfum d’ambre, et de safran

Aux éclats de saphirs jetés sur la nuit blanche qui se fait d’argent,

Sous ton regard scintillant elle t’offre son corps brûlant de toi,

Et tu perpétues fusions et tourbillons des sens aux creux de vos nuits.

BARRA02 

Ne laissant aux jours qu’apparence des regards qui scintillent épris,

De l’azur qui enivra tes émotions, faisant place d’amour grandissant

Chaque nuit, chaque jour, immortalisée à jamais sur la toile

Et de la plume blanche qui dédicace aux tourbillons des sens.

BARRA02

Marie Christal

©®

00:15 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour, sensualite, plume blanche |  Facebook |

17/06/2007

 Rêves sensuels,

 

Rêves sensuels

 

Aurore venant rêves chassant,

Des esprits toujours en émoi,

Rêves sauvages faisant ravages,

Au corps sombrés dans l’inertie,

Du rose dans les flots bleus de la nuit.

BARRA02

 

Déperlant de sueur dans l’ardente chaleur,

Rêves brûlants illuminant le noir,

Y jetant ses couleurs chatoyantes,

Excluant toute réserve, laissant fantasmant,

Du désir de tendres caresses,

Douces mains courantes provoquant jouissance.

BARRA02 

Rêves de folies interdisant l’interdit,

Charmants et charmeurs…

Enchantant les cœurs, repoussant l’heure,

De l’aurore venant… Nul désir de s’éveiller

Seulement s’adonner a ce que le jour interdit,

Plaisirs sensuels au creux de la nuit.

BARRA02

Marie Christal

©®

22:44 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour, sensualite, reves, plume blanche |  Facebook |

28/11/2006

Vénus,

 

 

 

279539

 

Laisses moi d’un rayon d’or,

Caresser chaque parcelle de ton corps,

La nuit lunaire m’a envoyée,

Jusqu'à toi pour te satisfaire,

J’en ferais mon divin plaisir,

Je t’assoifferais de désirs,

Et lorsque viendra le petit matin,

Je m’évanouirais dans les embruns,

Regagnant mon pays d’Hor,

Je t’entendrais suppliant,

Crier mon nom au loin,

Vénus, Vénus, encore…

Marie Christal

©®

04:33 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : amour, nuit rose, venus, sensualite |  Facebook |

15/11/2006

Rien qu'a toi,

 

 

132962752

 

Ne bouges pas, reste auprès de moi,

J’ai juste besoin que tu sois la,

Prends moi dans tes bras.

Regardes moi dans les yeux,

Vois les miens comme ils sont bleus,

Toi ils sont de braises, et contiennent la foudre.

Serres moi doucement tendrement tout contre toi,

Parles moi dis moi des mots doux et tendres,

Dis moi je t’aime plus que tout oui je t’aime !

Vois mon cœur est tel une bombe,

Qui explose d’amour pour toi,

Dans le tiens je voudrais être la rose éclose,

Le parfum qui embaume à vie,

La lumière qui t’éclaire dans la nuit,

Le jour qui se lève et te sourit,

Je voudrais le pain qui te nourrit,

L’eau qui te désaltère l’air qui t’oxygène,

Ne me laisses pas je ne suis rien sans toi,

Je n’ai plus de nom puisque ce n’est le tiens !

Emmènes moi fais moi connaître le chant du cœur,

La rosée des petits matins après la nuit d’amour,

Fais moi comprendre qui je suis,

Car je ne suis personne sans toi,

Juste un prénom qui résonne au creux de l’infini,

Ne t’en vas pas, ne me laisses plus jamais seule,

Ma solitude me tue d’ennui sans toi,

Oh reviens moi je n’ai rien oublié,

L’odeur de ta peau est gravée en moi,

Le son de ta voix le ton de tes mots tout est la,

Prends moi tout contre toi serres moi fort,

Pour l’éternité je suis déjà à toi ai-je tord ?

Je t’aime infiniment plus que moi-même.

Marie Christal

©®

02:34 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : amour, tendresse, sensualite, plume blanche |  Facebook |

20/10/2006

Bel ange blanc de mes nuits roses,

 

x1pNWjjkHJ3o_ygV67Me0ULBQ-rmGDf4ATmK-OEvmx0pn8VgvHAvF0DwYzsM3BjTnMjhxiZYFZO3e5saJI_r_1-kp_0oR9KvHiwrLHlxZDxWkT8gdgnR9oh9zgDHm7Pdkne_6VDNvgYxt0

 

Tu étais la devant moi, mon cœur se déchaînait pour toi,

Tel un volcan mon corps se faisait fusion à mes sens insensés,

D’un geste lent et doux tu m’attiras jusqu'à toi,

Nos corps se touchaient, et moi je brûlais,

Ta main se glissait lentement sous la bretelle de ma nuisette,

Soudain je sentis la robe légère de satin,

Glisser le long de mon corps, et venir s’échouer à mes pieds.

270031

 

Quelques mouvements de plus et mon corps incandescent,

Se trouvait nu devant le tiens qui se dénudait de mes mains,

Notre souffle s’accélérait au même rythme,

Tes caresses parcouraient mon être découvrant sa chaleur.

280948

 

Délicatement tu me soulevas de terre, et me déposas sur le lit,

Nos corps brûlants se contractaient du désir ineffable,

Tels un feu d’artifice la chambre s’emplissait d’étoiles,

3-stars-bar

 

Mon bel ange blanc m’offrait une nouvelle nuit rose,

Tel le grondement du volcan nos corps se soudaient enflammés,

Tandis que pour parfaire ce merveilleux instant,

Tu m’offrais la douceur d’un baiser,

Ou nos lèvres embrasées se sont rejointe.

Nuit de symphonie d’amour, en osmose avec mon bel ange.

 

 

14283_168449044_les_5sens_H151950_L

 

Marie Christal

©®

04/08/2006

La valse des amants sur le Danube bleu,

 

 

Tu l’espères mais tu penses que c’est en vain,

Tu écoutes un classique qui te rend mélancolique,

Tu ne l’as vus arriver car tu avais cessé d’y croire,

Et soudain il se trouve la à tes cotés,

 

Ton cœur semble flancher, tu ne sais trop

Ce qui est en train de t’arriver,

Est-ce un beau rêve tout éveillée ou la réalité,

En quelques instants ta vie va basculer.

 

Il te dit que tu es celle que son cœur aime,

Il te dit que c’est avec toi,

Qu’il veut vivre toute sa vie, et mourir,

Alors la en toi tout se bouge c’est folie,

 

Le sol qui se dérobe sous tes pieds,

Semble te faire valser sur le Danube bleu,

Qui de votre amour s’est figé,

Pour ne pas risquer de l’engloutir.

 

Aux creux de ses bras dans un tourbillon tu valses,

De ta bouche nuls mots ne peuvent sortir,

Mais le flot de tes yeux bleus a envoyés les mots,

Qui lui parviennent en flèche dans le cœur.

 

D’une grâce très chevaleresque il t’enlace tendrement,

Une immense vague de bonheur emplit vos deux cœurs,

Au magique Danube bleu créant ce doux instant,

Duquel tu ne veux plus sortir bel amant.

 

Valsez donc tourtereaux sur le beau Danube bleu,

De cet amour que l’on scelle du plus tendre des baisers,

Ils sont amoureux et heureux rien ne peux les séparés,

A leurs lèvres ils se sont pris l’élixir de leurs vies.

 

C’est l’histoire des doux amants du beau Danube bleu,

Une valse les entraîne chaque jour de leur vie,

Et ces beaux tourtereaux ne seront jamais vieux,

Entraînés du bonheur de l’amour sur beau Danube bleu.

 

Marie Christal

©®

23/07/2006

Cadeau de la vie,

Elle se mourait lentement n’y osant penser,  Mais voici que la vie c’est décidée,

A lui faire un merveilleux cadeau,

Un fruit d’été lui est apparu et soudain,

Tout s’est mit à changer et son cœur s’est fondu,

Doucement elle savoure chaque instant,

Elle observe tout en se laissant observer,

Elle se tait pour mieux écouter,

Et lorsqu’il lui dit vouloir,

Aller se noyer dans le bleu océan de ses yeux,

Il ne sait que déjà elle se meurt au fond des siens,

Elle se délecte de chacune de ses caresses,

Elle prend goût a cet été saveur sucrée,

Elle s’enivre de suave parfum méditerranéen,

Elle sublime ce fruit délicat et tendre à souhait,

Elle voudrait ne jamais le laisser s’en aller,

Elle prend enfin goût à la vie qui se donne,

Lui offrant ce splendide cadeau,

Mais ce doux fruit est un homme,

Pour qui elle a tout respect, tout amour,

Qu’elle veut garder pour toujours,

Lentement elle s’étire,

Comme pour s’assurer qu’elle n’a pas rêvé,

Les yeux grands ouverts ce n’est pas une image,

Qui délicatement la serre dans ses bras,

Qui dépose sur ses lèvres ses baisers fougueux,

Auxquels elle s’abandonne plongeon merveilleux,

Dans un monde savoureux dont elle n’avait connaissance,

Exploit de toute une existence qui offre succulence,

Elle remercie l’été de lui avoir donné ce fruit,

Elle remercie la vie de lui avoir donné celui,

A qui elle s’est ouverte offrant cœur et corps,

Elle occulte le passé pour s’ouvrir au présent,

Espérant qu’il ne s’en aille jamais,

Elle avait revendiqué le droit d’exister, d’être aimée,

Cet été la vie lui a tout donné,

Et dans ses yeux elle se meurt à tout jamais,

Ne laissant nulle place à qui la voudrait,

Si ce n’est lui, le fruit de sa passion,

Qui l’a enfin réconciliée avec la vie,

Elle découvre être amoureuse à la folie,

Elle sait maintenant qu’enfin elle vit,

Et que c’est vraiment merveilleux avec lui.

Marie Christal

©®

 

22:00 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : amour, sensualite, plume blanche, dedicace |  Facebook |