22/09/2006

Le chant de la rose,

 

 

 

Quand je n’étais qu’un petit bouton,

Tu es apparu doré, rayonnant, flamboyant,

Je sentis alors en moi l’amour naissant,

De tes doux rayons tu me caressais tendrement,

 

Tout doucement notre amour allait grandissant,

Je sentais mon cœur battant si fort en te voyant,

Le crépuscule venant tu disparaissais lentement,

Moi je rêvais de m’éclore la nuit en t’attendant,

Les étoiles m’offraient des flux d’or et d’argent,

 

Je voulais que demain après la rosée,

Tu me découvres parée de merveilleux pétales,

Qu’aujourd’hui tu respires ma fragrance qui s’exhale,

Ta chaleur ardente me ravis et me flétrit doucement,

 

J’étais une rose éclatante de beauté,

Naissante de la lumière céleste qui me donna vie,

Mes pétales épars sur le sol sont mes vestiges,

Ayant vécu pour la lumière je l’ai rejoins à jamais.

 

Toi mon astre solaire à qui j’ai tout donné,

Mon cœur d’or, la beauté de ma royauté,

Oh mon chaleureux amour en qui je voyais,

Un grand amour pour toujours j’étais aveuglée.

 

Par ta beauté rayonnante tandis que tu puisais,

Au sein de ma vie ma fragrance chaque jour,

Je t’ai offerts tout mon amour, à mourir pour toi,

Sur la branche du rosier te laissant m’oublier.

 

Marie Christal

©®

23:12 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : amour, rose, plume blanche |  Facebook |