23/12/2007

Joyeux Noël à tous,

 

 

 

 

 

creche-perenoel

 

 

 

 

 

 

 

Noël,

 

Le silence de la nuit,

Les bergers assoupis à coté des troupeaux endormis,

L’étoile qui luit,

Une femme qui gémit dans la douleur,

Et soudain un cri,

Les pleurs d’un nouveau-né,

Fendant l’espace infini,

Une allégorie angélique,

Symphonie d’amour de la plus douce nuit,

Il est né le divin enfant.

Marie Christal

©®

06:36 Écrit par Marie-Christal dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : plume blanche, les_mots_bleus, noel |  Facebook |

23/11/2007

Une histoire vraie reçue par mail,


chezmisty1187004174



ton temps est si précieux . . .
   Alors je ne vais pas t'écrire 1 millions de
mots pour te convaincre mais simplement 
te dire : 
   - ' Lis bien cette histoire et retournes
la moi . . .  
  Tu sauras pourquoi plus bas . . . . . '
   Dans un magasin je me suis retrouvée
dans l'allée des jouets.  
   Du coin de l'oeil, j'ai remarqué un petit
garçon d'environ 5 ans, qui tenait une
jolie poupée contre lui.
   Il n'arrêtait pas de lui caresser les
cheveux et de la serrer doucement
contre lui.
   Je me demandais à qui était destinée la
poupée.
   Puis, le petit garçon se retourna vers la
dame près de lui :  
   - ' Ma tante, es-tu certaine que je n'ai
pas assez de sous ? '  
   La dame lui répondit avec un peu
d'impatience : 
   ' Tu sais que tu n'as pas assez de sous
pour l'acheter  '.  
   Puis sa tante lui demanda de rester là et
de l'attendre quelques minutes, puis elle
partit rapidement.  Le petit garçon tenait
toujours la poupée dans ses mains.
   Finalement, je me suis dirigée vers lui et
lui ai demandé à qui il voulait donner la
poupée.
   - ' C'est la poupée que ma petite soeur
désirait plus que tout pour Noël, elle était
sûre que le Père Noël la lui apporterait '.
   Je lui dis alors qu'il allait peut-être lui
apporter, il me répondit tristement: 
   - ' Non, le Père Noël ne peut pas aller là
où ma petite soeur se trouve maintenant...
   Il faut que je donne la poupée à ma maman
pour qu'elle la lui apporte '.
   Il avait les yeux tellement tristes en
disant cela.
   - ' Elle est partie rejoindre Jésus. Papa dit
que maman va aller retrouver Jésus bientôt
elle aussi, alors j'ai pensé qu'elle pourrait
prendre la poupée avec elle et la donner à
ma petite soeur'.
   Mon coeur s'est presque arrêté de battre.
   Le petit garçon a levé les yeux vers moi
et m'a dit:
   - ' J'ai dit à papa de dire à maman de ne
pas partir tout de suite. Je lui ai demandé
d'attendre que je revienne du magasin '.
   Puis il m'a montré une photo de lui, prise
dans le magasin, sur laquelle il tenait la
poupée en me disant:
   - 'Je veux que maman apporte aussi cette
photo avec elle, comme ça, elle ne m'oubliera
pas .
   J'aime ma maman et j'aimerais qu'elle ne
me quitte pas, mais papa dit qu'il faut qu'elle
aille avec ma petite soeur'. 
   Puis il baissa la tête et resta silencieux.
   Je fouillais dans mon sac à mains, en sortis
une liasse de billets et je demandais au petit
garçon :
   -  ' Et si on recomptait tes sous une
dernière fois pour être sûrs ?
   - ' OK ' , dit-il,  ' Il faut que j'en ai assez '.
   Je glissais mon argent avec le sien et nous
avons commencé à compter.  Il y en avait
amplement pour la poupée et même plus. 
   Doucement, le petit garçon murmura :
   - ' Merci Jésus pour m'avoir donné assez
de sous '.
   Puis il me regarda et dit: 
   - 'J'avais demandé à Jésus de s'arranger
pour que j'ai assez de sous pour acheter
cette poupée afin que ma maman puisse
l'apporter à ma petite soeur.
   Il a entendu ma prière. Je voulais aussi
avoir assez de sous pour acheter une rose
blanche à ma maman, mais je n'osais pas lui
demander.
   Mais il m'a donné assez de sous pour
acheter la poupée et la rose blanche.
   Vous savez, ma maman aime tellement les
roses blanches...'
   Quelques minutes plus tard, sa tante
revint, et je m'éloignais en poussant mon
panier.
   Je terminais mon magasinage dans un
état d'esprit complètement différent de
celui dans lequel je l'avais commencé.
   Je n'arrivais pas à oublier le petit garçon.
   Puis, je me suis rappelée un article paru
dans le journal quelques jours auparavant
qui parlait d'un conducteur en état d' ivresse
qui avait frappé une voiture dans laquelle se
trouvait une jeune femme et sa fille.
   La petite fille était morte sur le coup et la
mère gravement blessée. 
   La famille devait décider s'ils allaient la
faire débrancher du respirateur. 
   Est-ce que c'était la famille de ce petit
garçon ?
   Deux jours plus tard,  je lus dans le journal
que la jeune femme était morte.
   Je ne pus m'empêcher d'aller acheter un
bouquet de roses blanches et de me rendre
au salon mortuaire où était exposée la jeune
dame.
   Elle était là, tenant une jolie rose blanche
dans sa main, avec la poupée et la photo
du petit garçon dans le magasin.
   J'ai quitté le salon en pleurant sentant que
ma vie changerait pour toujours.
   L'amour que ce petit garçon éprouvait pour
sa maman et sa soeur était tellement grand,
tellement incroyable et en une fraction de
seconde, un conducteur ivre lui a tout enlevé...
Maintenant, tu as deux choix :
   1)  Envoyer ce message à tes contacts
   2)  Faire comme si tu l'avais pas lu et
        qu'il ne t'avait pas touché.
  Si tu l'envoies, peut-être que tu empêcheras
quelqu'un de conduire après avoir consommé
de l'alcool et peut être que tu remettras en
place sa vision de la vie
J' ESPÈRE QUE TU FERAS COMME MOI : 
 C'EST A DIRE QUE TU L'ENVERRAS A
TOUS TES AMIS ! ! ! !

HISTOIRE REçUE AUOURD'HUI PAR MAIL MAIS SI TOUCHANTE.  

   

03:24 Écrit par Marie-Christal | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : plume blanche, amour, enfants, noel |  Facebook |

23/12/2006

Douce nuit,

 

bougiedenoel

 

Nuit de douceur et de clarté,

Illuminée de milles feus colorés,

Emprunte de ta magie infinie,

Je m’enfonce au clair de lune,

Sur les sentiers blanchis,

De ta splendeur hivernale,

La brume chassée par la lueur de l’étoile,

Qui semble admirer la neige tombante

Recouvrant d’un voile qui doucement s’étend,

Dans la plus belle des nuits.

Dorure et argenté qui se mêlent dans la clarté,

De la scintillance astrale aux guirlandes diffusantes,

De leurs parures la luminosité,

Qui paraissent s’étirer jusque dans l’infini,

De la plus splendide des nuits de l’année.

Dans les chants de joie Noël est annoncé !

Marie Christal

©®

19:23 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : noel, magie, plume blanche |  Facebook |

17/12/2006

La dernière lettre au père Noël,

 

B183

 

Père Noël,

Tu sais je crois que j’ai été sage,

J’ai fait de mon mieux pour aider ma maman qui est très malade,

Alors si cette année tu ne m’oublies pas encore, voici ce que je voudrais.

 

barre

Je ne vais pas te demander de cadeau, car le plus beau serait,

Que tu fasses revenir mon papa qui est parti depuis si longtemps déjà,

Tu sais père noël je crois que s’il revenait, ma maman guérirais,

Oui j’en suis certaine elle n’aurait plus besoin de ce remède,

Dont elle garde les bouteilles dans le placard fermé à clé.

barre 

Elle ne tomberait plus lorsqu’elle en a trop bu, et tout s’arrangerait,

S’il te plait fais le pour moi je ne te demanderais que cela,

J’ai  fais tout ce que je pouvais pour te prouver que je suis sage,

Est-ce que tu viendras ?

barre 

Je me suis occupée de mon petit frère car maman ne savait pas le faire,

Je suis allée chercher du lait pour qu’il n’ai pas trop faim car l’épicier,

Ne veut plus rien donner il dit que maman doit d’abord payer.

barre 

Je n’ai pas eu de bois la aussi ils ne veulent ils m’ont dit que maman,

Devait passer les voir qu’elle ferait mieux de venir au lieu de boire,

Moi je ne comprends pas tout  mais il n’y à pas de feu dans la cheminée.

barre 

Tu seras peut être fâché car je dois bien t’avouer,

Que je ne suis pas allée à l’école chaque jour depuis longtemps déjà,

Mais maman est si malade que je devais rester pour changer

Mon petit frère et le laver,

 Même s’il fait si froid je lui mets mes couvertures.

barre 

Et puis je devais bien tout nettoyer

 Quand maman vomissait après avoir bu son remède,

Ne m’en veut pas trop s’il te plait je ne sais pas comment je dois faire.

barre 

Elle dort souvent maman elle dit que si papa est parti c’est à cause de

Mon petit frère, qu’il n’aurait jamais du venir qu’elle ne l’aime pas,

Comme papa, mais moi je l’aime bien tu sais et je ne veux pas le laisser pleurer,

D’ailleurs depuis tantôt il ne pleure plus, il s’est endormi et ne veut pas s’éveiller.

barre 

Tu vois père noël, il faut vraiment que papa revienne il saura arranger tout ça.

Aujourd’hui je suis allée pour le chercher mais la dame qui m’a ouvert m’a dit,

Fiche le camp d’ici il ne veut plus te revoir jamais il t’a fait un autre petit frère,

Mais je ne l’ai pas vu, je n’ai que le mien qui dort encore il a très froid je crois !

barre 

Moi aussi mais je suis une grande fille et maman m’a dit que je ne devais

Jamais pleurer qu’a huit ans on ne pleure plus même quand elle m’a frappée.

Alors je ne pleure plus même quand j’en ai fort envie tu vois je suis une grande fille !

barre 

J’ai allumé la bougie pour t’écrire car des messieurs sont venus éteindre la lumière,

Mais je vais devoir arrêter car le crayon n’arrête pas tomber, et je n’arrive pas

À appuyer assez fort dessus tu ne sauras peut être pas tout lire.

barre 

Mais si tu vas chercher papa il te la lira comme il me la faisait écrire autrefois Pour toi,

au temps ou c’était gai toujours et que tu venais m’apporter

Pleins de cadeaux tout près de la cheminée ou les flammes dansaient.

barre 

Je suis très fatiguée père Noël, mais je crois que tu vas venir avec papa,

Car depuis que j’ai commencé à t’écrire j’ai entendus des anges qui chantaient.

barre 

Doucement au bout de ses dernières forces, la petite fille place la lettre,

Juste à coté d’elle près de la cheminée.

Elle entend les anges chanter plus fort que tantôt et son doux visage,

Entouré de boucles blondes s’illumine d’un sourire.

barre 

 Lorsque devant elle

Des portes s’ouvrent sur le ciel l’ange qui déjà tient son petit frère

Dans ses bras, lui tend la main qu’elle saisit immédiatement, elle va partir

Mais elle à une dernière pensée pour sa maman, qui va l’éveiller demain ?

Les portes se ferment un crayon tombé est rouler à coté de la lettre,

La dernière lettre d’une petite fille au père Noël.

barre 

Ceci n’est que pure fiction, sortie tout droit de mon imagination mais…

Nous sommes en 2006 dans quelques jours sonneront les 12 coups,

Annonçant l’an nouveau, et il existe encore de pareil drame.

Beaucoup feront la fête, certains n’en auront pas le droit et,

Cela se passe parfois si près de chez vous, y avez-vous pensés ?

Marie Christal

©®

04:06 Écrit par Marie-Christal dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : noel, enfant, lettre, plume blanche |  Facebook |

07/12/2006

La lueur de la petite étoile,

 

 

etoile055

 

Il y à des milliers d’années,

Il était dans le ciel, une toute petite étoile,

Elle se décida un jour à vouloir briller très fort,

Elle se mit alors à scintiller elle brillait tellement,

Qu’à elle seule elle parvint à éclairer un instant,

Toute la terre entière,

Son flux d’or illuminait tout, et dans l’océan,

Les dauphins se mirent à chanter,

Sur le sol la belle de nuit se mit à danser,

Des fleurs changèrent et offrirent leurs parfums,

A l’astre qui les avaient envoûtés,

Et la petite étoile continuait elle luisait,

Tellement qu’en se gonflant elle faillit en mourir,

Dans les cieux les anges émus l’admiraient,

C’est alors que l’archange Gabriel la désigna,

Pour être celle qui la nuit de Noël,

Guiderait les bergers jusqu'à l’enfant roi,

La petite étoile de ses efforts fût récompensée,

Elle fût celle qui aujourd’hui encore,

Lorsqu’elle apparaît,

De toute est la plus belle qui fait les cieux scintiller,

Hiver comme été la petite étoile ne mourra jamais.

Marie Christal

©®

21:04 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : etoile, noel, plume blanche |  Facebook |