06/11/2006

Future maman,

 

 

 

bab49[1]

 

Dans son petit ventre tout arrondis,

Doucement elle berce au gré de ses pas,

L’enfant qui en elle lentement grandit,

Elle est resplendissante, elle est joie de vivre,

Dans son petit monde qui s’agrandit.

Elle fabrique déjà un chemin de vie,

Pour ce petit être en elle qui vit,

Ses bras se font déjà tendres,

Désireux de porter le doux trésor,

Dés son arrivée !

Elle est amoureuse de lui de la vie,

Dans ses yeux des étoiles scintillent,

Lorsqu’ils se posent sur le berceau garnit !

Sur ce doux visage tant réjouit,

On peut voir le bonheur sans limites,

Ses lèvres qui déjà

Attendent d’embrasser la peau douce

Et satinée du nouveau-né.

Oh femme si douce tu fus coiffée

Par la main de l’ange

De la couronne de la maternité.

A l’ultime effort qui va te le donner,

Tu oublieras bien vite la douleur passée,

Ta plus douce récompense sera de porter,

Au creux de tes bras

Le plus beau des bébés !

Marie Christal

©®

04:33 Écrit par Marie-Christal dans Général | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : maternite, maman, plume blanche |  Facebook |

18/10/2006

Dédicace à toutes les mamans,

Les ailes lumineuses de l’esprit,

11-gf

 

Enveloppé dans un monde de lumière,

Dans un éclat qui n’éblouit pas,

Douce chaleur d’un moment éphémère,

Larmes jetées au vent du passé,

Tendresse de l’infiniment grand,

A celui qui n’est qu’infiniment petit.

bab49[1]

 

De l’âme perdue qui se sent soudain grandir,

Ailes scintillantes de l’esprit de lumière,

Tu le maintiens à cette terre,

Guidant ses pas jusqu'à ton univers,

Tu te fais ange gardien de ses jours et nuits,

ange616

 

Tu le protèges amenant sans cesse,

Un sourire sur son visage réjouit.

Au gré de cet abri d’amour,

N’oublie pas bel ange qu’un jour,

L’enfant se devra d’être grand.

bab27[1]

 

Mais que ta présence

Lui sera toujours un secours,

Il est dit si tu ne veux souffrir aussi,

Alors ne touche point le cœur d’autrui,

Car tout le mal fait te sera mille fois rendu,

Préserves le dans ta lumière oh esprit,

10-gf

 

Referme encore tes ailes sur lui,

Afin de préserver son cœur des souffrances,

Car celui qui n’en a point reçu,

N’a nulle envie d’en saisir,

Pour donner a autrui,

Garde le au cœur pur du temps de l’innocence,

bab28[1]

 

Car il est promis merveilles,

A ceux qui dans le temps,

Auront su préserver leur âme d’enfant,

Garde le sur le chemin,

Préserve le du néfaste destin,

Et l’enfant grandit en paix,

Fera réussite de sa vie.

Oui répondit l’ange mais…

clara

Pour tout cela Dieu lui donna le premier,

De tout les anges qu’il connaîtra,

Et ce sera ce rôle que tu rempliras,

Maman.

 

 

Photo 0051

 

 

 

05%252D12%252D23%252D1

 

Marie Christal

©®