30/10/2006

Foudroyée par mon ange,

 

 

bel ange blanc

 

Lorsque tes yeux se posèrent sur moi,

Ils contenaient la foudre en eux,

Dés lors mon cœur s’est enflammé pour toi,

Mon corps s’est embrasé de la tête aux pieds,

Je flambais d’un nouvel Amour,

Que je voulais garder pour toujours,

Tu m’apparaissais scintillant,

Dans tes vêtements blancs.

Nuit d’argent éclats de saphir et de diamant,

Ou tout m’était émerveillement,

Parfum d’ambre fumigation d’encens

Offerts au plus bel ange blanc.

Mais alors que je t’attends languissante,

Les nuits me paraissent ténèbres en ton absence,

Cœur déchiré esprit voilé yeux embrumés,

Aux saisons qui passent je suis restée foudroyée,

De ce regard dans lequel je me suis noyée,

Nos horizons s’étant écartés.

Douloureuse je ne puis qu’espérer pour te retrouver,

Tonnerre céleste ou la foudre me serait redonnée,

Dans un éclair divin ou je brûlerais,

Je te verrais soudain tu me réapparaîtrais,

Unissant nos cœurs et nos corps,

Dans un ultime essor

Un cri de plaisir déchirant le silence de la nuit,

Dans les bras de mon plus bel ange blanc de ma vie.

Marie Christal

©®

05:13 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : foudroyee, amour, mon bel ange blanc, plume blanche |  Facebook |