31/07/2006

Petit ange d'amour,

 

                                                

      

                   

                                     

 
 

 

 

 

 

 

 

Je voudrais m’en aller jusqu'à la source là-bas,

Je voudrais m’abreuver pour pouvoir m’envoler,

Je ne suis qu’un petit ange arrivé par amour,

Mais lorsque de tes mots dorés tu m’as trompée,

 

Petit ange d’amour,

Petit ange courage,

Relèves toi fais un effort

Il reviendra peut être,

Ne te laisse pas aller,

 

Je voudrais me redresser, mais de si haut tombée,

Mes ailes furent brisées mes os sont écrasés,

Je suis toujours son petit ange d’amour,

Il es le seul d’un geste un mot à pouvoir à m’aider,

 

Petit ange d’amour,

Petit ange courage,

Relèves toi fais un effort,

Il reviendra peut être,

Ne te laisse pas aller,

 

La vie voulu le remplacer, c’est vrai j’ai grande amitié,

Mais rien ne peut m’empêcher de priver mon cœur d’aimer,

Il est l’ange blanc de toutes mes nuits, mes rêves roses,

Dans les flots bleus aux éclats de diamants rayon doré,

 

Petit ange d’amour,

Petit ange courage

Relèves toi fais un effort,

Il reviendra peut être,

Ne te laisse pas aller,

 

Mon corps s’engourdis, je deviens un rocher,

Dans la main mon cœur qui se son sang la terre abreuve,

Je ne veux plus bouger, j’ai si mal et je m’en vais,

Mais j’ai tout pardonné oh oui  Tony,

 

Petit ange d’amour,

Petit ange courage,

Relèves toi encore

Il ne mérite pas ta mort,

Ne te laisse pas aller,

 

Mais le petit ange est devenu rocher,

Juste quelques plumes blanches intactes sont restées,

Et de son visage les larmes qui ne cessent de couler

Mon corps pétrifié tu peux encore le casser,

Il n’en restera rien, et tu auras ta liberté,

Mon amour bien aimé Tony ange de mes nuits.

 

Petit ange par amour,

Petit ange perdit courage,

Il ne s’est relevé,

Il a offert sa mort,

Il s’en est allé.

 

Marie Christal

©®

 

 

17:00 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour, plume blanche, dedicace, tristesse, espoir |  Facebook |

29/07/2006

Vague à l'âme (2),

Ecoute le vent sacrilège qui bat ton esprit,

Ecoute ce sortilège qu’est pour toi l’amour aussi,

En ton cœur la tempête fait ses ravages,

La houle te fais tanguer tu sombres tel un bateau,

Les vagues viennent frapper ton esprit,

Qui s’est refusé a l’amour parut devant lui,

 

Tu as le vague à l’âme dans un océan de tendresse,

Tu as le vague à l’âme tu es emprunt de tristesse,

 

Qu’as-tu fais de ton cœur aimant,

Qui voulait tant donner, bel amant,

Tu t’es rendu coupable, de refuser l’amour,

Tu cherches dans les failles,

Une rencontre d’un jour, mais tu sais,

Que tu ne pourras jamais l’oublier et tu as,

 

Le vague à l’âme dans un océan de tendresse,

Tu as le vague à l’âme tu es emprunt de tristesse,

 

Tu voudrais noyer ton chagrin de ci de la,

Mais ce que tu cherches est vain,

Dans ton cœur elle est tellement la,

Tu lui as conservé la plus belle des places,

Comme un joyau dont tu t’es fait l’écrin,

Tu crains de refaire le premier pas mais,

 

Tu as le vague à l’âme dans un océan de tendresse,

Tu as le vague à l’âme tu ne sais chasser la tristesse.

©®

04:12 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : amour, tristesse, plume blanche, espoir |  Facebook |

27/07/2006

Qui a dit guerre,

 

 

La guerre sera toujours la guerre,

Semblable à elle-même, meurtrière,

Attaquant les innocents, jugés bon pour la mort,

Les voyant tenter de fuir, pleurant les corps,

Décharnés de leur enfants mort pour une patrie,

Qu’ils n’ont eu le temps de connaître vraiment,

 

 

La guerre sera toujours la guerre,

Mais elle est sans cesse plus meurtrière,

Employant la aussi les nouveautés en folie,

Après avoir vu les effets exterminateurs,

De la bombe nucléaire ils se sont tournés,

Vers pire cruauté pour tuer dans un paysage préservé,

 

La guerre sera toujours la guerre,

Mais elle est devenue folie meurtrière,

Ne combattant même plus en homme,

Assassinant littéralement déployant les grands moyens,

Comme s’ils devaient se dirent, je vais te montrer,

Qui de nous sera le plus fort, faisant amas de corps,

 

La guerre n’est plus la guerre,

Oh non elle tellement plus encore que meurtrière,

Le vrai combat s’est oublié pourtant la guerre,

Elle était une loyauté au corps à corps,

Aujourd’hui c’est chimique, c’est affamant,

C’est le vol, le viol, le déchiquetage d’enfants,

 

La guerre vous osez encore l’appeler ainsi ?

Moi je dirais que ce n’est plus approprié,

Vous ne savez même plus pourquoi vous vous battez,

Au nom de qui ? De quoi ?

Quelle est la raison de ces détonations ?

Vous n’êtes pas soldats, mais assassins de quels droits !

Marie Christal

©®

 

00:47 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : guerre, dedicace, espoir, plume blanche |  Facebook |

25/06/2006

C'était demain,

 

C’était demain, la terre tournait encore,

Mais il n’y avait plus d’hommes,

Pour la provoquer et déjà elle s’apaisait,

C’était demain, la terre verdoyait,

Dans l’équilibre d’un monde ou les âmes

Purifiées s’en viennent virevoltés,

Sentinelle gardes bien ce monde sanctifié,

Ou le passé devient le présent de l’avenir,

Les hommes se sont retirés dans leur monde,

Qui déséquilibré ne vit plus de terre ronde,

C’était demain le pays des fils d’Hor,

Sentinelle vigilante fait enfouir les cerbères,

Jusqu’au fond des enfers afin que ne soit troublé,

Le monde sanctifié aux couleurs d’or orangé,

Ou la dame couronnée s’est endormie,

Dans les draps satinés d’où perle la rosée,

C’était demain et tout était changé,

C’était demain et tout était rangé,

Aux pouvoirs de l’esprit qui puit un instant,

S’échapper pour visiter le pays des fils d’Hor.

Marie Christal

©®

 

 

20:17 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : plume blanche, espoir, sensualite |  Facebook |