24/10/2007

Matin des saisons,

2ab7y1iq

 

Matin des saisons,

Aurore illuminant scintillants déjà les astres de la nuit,

Qui font valser les flots bleus de la pénombre débutante,

Avec les derniers rayons de clarté toujours présente,

Resplendissant de ses feux lumineux touchant terre.

Espaces ensablés commençants doucement à s’échauffer,

Premiers rayons de soleil paraissant faire l’amour,

Aux derniers flux dorés que la lune semble avoir oubliés.

 

2b9c2a483a

Aube tremblante des premiers froids glacés automne venant,

Comme par magie rendre ocre les feuilles de l’été verdoyant,

Parant de féérie un monde semblant nouveau et coloré,

De parures d’or aux premières lueurs venantes de la journée,

Enfantement du jour offrant la saison laissant au sol s’endormant,

Tomber prunes et marrons, annonce du proche manteau blanc,

Qu’une prochaine aube scintillante de cristaux enfantera bientôt.

2b9c2a483a

 

Marie Christal

©®

23:45 Écrit par Marie-Christal dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : plume blanche, saisons, dedicace, enfant |  Facebook |

20/06/2007

A l'aube de ta vie,

 

01010004 KO

 

A l’aube de ta vie qui s’écoule doucement,

 

Tu es petite fille un cadeau pour tes parents,

 

De ton sourire beauté nature, douce enfant,

 

Tu vois le temps passer il y en aura des

années.

 

Reçois ma tendresse comme une caresse,

Posée sur ta joue…

 

Souris petite fille je tracerais des sillages,

Sur ton chemin…

 

Pour que jamais tu ne t’égares,

 

À chaque lendemain,

 

Pour toi j’ôterais les clivages entraves à ta liberté,

 

Si tu me promets d’être bien sage et de le rester,

 

Au fil des années qui passent, moi je me tiendrais,

 

Sans cesse près de toi je ne te quitterais pas,

 

Sur ton sourire et tes éclats de rire je veillerais…

 

Je signerais de mon nom le grand livre de ta destinée,

 

J’y apposerais mon paraphe chaque jour qui passe,

 

Puisque ensemble nous ne formons qu’un,

 

Que nous sommes la vie écoute petite fille,

 

Je signerais comme, étant ta vie,

 

Et tu ne cesseras d’exister au-delà de l’infini.

 

Marie Christal

©®

Lillustration de ce texte à été dessinée par l'artiste Alari.

Cliquez sur l'image.

23:45 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : enfant, peintre, art, plume blanche, vie, artiste, amour |  Facebook |

27/02/2007

Dors mon petit dors,

 

Yeux tendres

 

Dors mon tout petit dors, il neige dehors, il fait si froid,

Dors mon amour dors dans ton petit lit il fait si bon,

Ferme tes beaux grands yeux, vas au pays merveilleux,

Le temps passe si vite là-bas, ne t’en fais pas,

Un jour tu comprendras mais jusque la,

Dors mon petit dors, chaque nuit chaque jour,

Tu grandis quel effort, moi je te regarde, je suis fière de toi,

Ferme tes beaux grands yeux, le temps passe vite,

Lorsque bien endormi tu vas au pays merveilleux,

Un jour viendra ou se sera ton tour,

De chanter endors toi à ton tendre amour,

Dors mon petit dors, il neige dehors il fait si froid,

Mais dans ton petit lit fais avec ma tendresse,

Tu seras,

Bien au chaud mon tout petit,

Pour passer la plus douce nuit,

Dors mon amour dors maman est la, elle veille sur toi.

Marie Christal

©®

23:30 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : berceuse, amour, enfant |  Facebook |

15/01/2007

 UN ange tout simplement,

 

30

 

04:51 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfant, amour |  Facebook |

13/01/2007

Un enfant,

 

                                         

Photo 010

Un enfant c’est la beauté, c’est la pureté,

Un enfant c’est l’innocence, c’est la confiance,

Ce sont deux petits bras, qui se tendent vers toi,

Ne le fais pas pleurer, ne le brusque pas,

Un enfant c’est un cœur remplis d’amour,

Qui ne t’en voudra pas si tu fais une erreur un jour,

Un enfant c’est un rayon de soleil, qui éclaire chaque jour,

De la vie entière de ceux qui ont la chance d’êtres parents.

Un enfant c’est tout,

Un peu de maman et de papa,

Mais il est lui avant tout ! N’oublie pas !

Un enfant on l’éduque mais on ne le façonne pas,

Ce sont de beaux grands yeux qui te regardent avec tendresse,

L’injustice il ne connaît pas, il acceptera ce qu’on lui enseignera.

De son regard candide il t’observera, remplis d’admiration,

Et de désir d’être comme toi, alors sois donc l’exemple,

Oui Mais le bon, n’oublies pas…

Qu’il se fera aussi à ton image, que plus belle elle sera,

Plus de chances il aura de conserver son âme pure.

Un enfant on ne le fait pas pour soi, mais pour lui par amour,

Et lorsqu’il vient on lui doit tout ce que de mieux,

C’est dés le premier jour,

Qu’on lui apporte avec amour, de quoi devenir à son tour,

Une femme ou un homme au cœur léger,

A l’âme transparente qui aura appris à être ce qu’il sera !

Un enfant c’est plus précieux qu’un trésor,

C’est un cadeau du ciel qu’il t’est donné,

C’est la perle qui naît d’un grand amour.

Et même si tu n’as pas d’or, à lui offrir en héritage,

Fais lui don de toi, de temps, et de sagesse,

Car lui t’aura fait une joie immense,

Celle d’être parent un jour, parent pour toujours !

Un enfant c’est tout un monde qui grandit,

Un être à part entière même tout petit,

Un enfant c’est le merveilleux

Qui s’installe dans ta vie.

Reconnais que tu es béni

Marie Christal

©®

20:59 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : amour, enfant |  Facebook |

17/12/2006

La dernière lettre au père Noël,

 

B183

 

Père Noël,

Tu sais je crois que j’ai été sage,

J’ai fait de mon mieux pour aider ma maman qui est très malade,

Alors si cette année tu ne m’oublies pas encore, voici ce que je voudrais.

 

barre

Je ne vais pas te demander de cadeau, car le plus beau serait,

Que tu fasses revenir mon papa qui est parti depuis si longtemps déjà,

Tu sais père noël je crois que s’il revenait, ma maman guérirais,

Oui j’en suis certaine elle n’aurait plus besoin de ce remède,

Dont elle garde les bouteilles dans le placard fermé à clé.

barre 

Elle ne tomberait plus lorsqu’elle en a trop bu, et tout s’arrangerait,

S’il te plait fais le pour moi je ne te demanderais que cela,

J’ai  fais tout ce que je pouvais pour te prouver que je suis sage,

Est-ce que tu viendras ?

barre 

Je me suis occupée de mon petit frère car maman ne savait pas le faire,

Je suis allée chercher du lait pour qu’il n’ai pas trop faim car l’épicier,

Ne veut plus rien donner il dit que maman doit d’abord payer.

barre 

Je n’ai pas eu de bois la aussi ils ne veulent ils m’ont dit que maman,

Devait passer les voir qu’elle ferait mieux de venir au lieu de boire,

Moi je ne comprends pas tout  mais il n’y à pas de feu dans la cheminée.

barre 

Tu seras peut être fâché car je dois bien t’avouer,

Que je ne suis pas allée à l’école chaque jour depuis longtemps déjà,

Mais maman est si malade que je devais rester pour changer

Mon petit frère et le laver,

 Même s’il fait si froid je lui mets mes couvertures.

barre 

Et puis je devais bien tout nettoyer

 Quand maman vomissait après avoir bu son remède,

Ne m’en veut pas trop s’il te plait je ne sais pas comment je dois faire.

barre 

Elle dort souvent maman elle dit que si papa est parti c’est à cause de

Mon petit frère, qu’il n’aurait jamais du venir qu’elle ne l’aime pas,

Comme papa, mais moi je l’aime bien tu sais et je ne veux pas le laisser pleurer,

D’ailleurs depuis tantôt il ne pleure plus, il s’est endormi et ne veut pas s’éveiller.

barre 

Tu vois père noël, il faut vraiment que papa revienne il saura arranger tout ça.

Aujourd’hui je suis allée pour le chercher mais la dame qui m’a ouvert m’a dit,

Fiche le camp d’ici il ne veut plus te revoir jamais il t’a fait un autre petit frère,

Mais je ne l’ai pas vu, je n’ai que le mien qui dort encore il a très froid je crois !

barre 

Moi aussi mais je suis une grande fille et maman m’a dit que je ne devais

Jamais pleurer qu’a huit ans on ne pleure plus même quand elle m’a frappée.

Alors je ne pleure plus même quand j’en ai fort envie tu vois je suis une grande fille !

barre 

J’ai allumé la bougie pour t’écrire car des messieurs sont venus éteindre la lumière,

Mais je vais devoir arrêter car le crayon n’arrête pas tomber, et je n’arrive pas

À appuyer assez fort dessus tu ne sauras peut être pas tout lire.

barre 

Mais si tu vas chercher papa il te la lira comme il me la faisait écrire autrefois Pour toi,

au temps ou c’était gai toujours et que tu venais m’apporter

Pleins de cadeaux tout près de la cheminée ou les flammes dansaient.

barre 

Je suis très fatiguée père Noël, mais je crois que tu vas venir avec papa,

Car depuis que j’ai commencé à t’écrire j’ai entendus des anges qui chantaient.

barre 

Doucement au bout de ses dernières forces, la petite fille place la lettre,

Juste à coté d’elle près de la cheminée.

Elle entend les anges chanter plus fort que tantôt et son doux visage,

Entouré de boucles blondes s’illumine d’un sourire.

barre 

 Lorsque devant elle

Des portes s’ouvrent sur le ciel l’ange qui déjà tient son petit frère

Dans ses bras, lui tend la main qu’elle saisit immédiatement, elle va partir

Mais elle à une dernière pensée pour sa maman, qui va l’éveiller demain ?

Les portes se ferment un crayon tombé est rouler à coté de la lettre,

La dernière lettre d’une petite fille au père Noël.

barre 

Ceci n’est que pure fiction, sortie tout droit de mon imagination mais…

Nous sommes en 2006 dans quelques jours sonneront les 12 coups,

Annonçant l’an nouveau, et il existe encore de pareil drame.

Beaucoup feront la fête, certains n’en auront pas le droit et,

Cela se passe parfois si près de chez vous, y avez-vous pensés ?

Marie Christal

©®

04:06 Écrit par Marie-Christal dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : noel, enfant, lettre, plume blanche |  Facebook |

12/11/2006

Le miracle de la vie,

 

bebe_dort_01

 

 

C’est l’histoire d’une femme qui va devenir mère,

Elle se trouve dans la salle aseptisée de l’hôpital,

Son visage de sueur ruisselle, elle à peur,

Tout son être est en souffrance mais malgré la douleur,

Dont elle fait extrême offrande au créateur,

Ses cris retentissent elle ne peut s’empêcher,

On lui demande d’expulser la vie pour qu’elle vive,

Ultime effort à bout de forces, elle pousse encore,

Soudain ses cris s’arrêtent et tout commence,

A l’enfant qui déjà parait,

Le dernier instant de souffrance disparaît,

Lorsque les cris se sont tus surgissent alors,

Ceux de l’enfant qui naît laissant voir la beauté,

De ces moments sacrés ou maman connaît bébé,

Ses cris sont remplacés par ceux du nouveau-né,

Les rires et les pleurs qui se mélangent,

Dans ces instants merveilleux bonjour petit ange !

C’est l’histoire de la vie et de tout ce qu’elle donne,

C’est l’histoire du plus beau miracle accomplis.

Marie Christal

©®

22:50 Écrit par Marie-Christal dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : miracle de la vie, enfant, naissance, plume blanche |  Facebook |