16/08/2007

Dialogue avec la vie, (1ère partie)

 

dyn005_original_422_422_gif_2554006_d40004a373362a6fc2f20c40e4bb7c17

 

Dis la vie à quoi ça sert tout ça ?

Pourquoi tant de souffrance ?

Quand on ne demande que peu,

Juste être heureux, dis-moi ?

 

Tu n’as rien compris à ce que je donne,

Derrière les apparences se cache vérité,

Il te suffit de vouloir y voir de près,

Et toutes ces questions ne seraient à poser !

 

Je ne comprends toujours pas ce que tu fais,

Tu donnes et tu prends sans te soucier vraiment,

De ce que l’on peut ressentir amour étant,

Je reste figée les bras un peu ballant paralysée.

 

Je sais ce n’est pas facile de tout comprendre de moi,

C’est même bien difficile on ne me connait pas,

Je ne donne pas toujours sans qu’il n’y ai raison,

Tu crois connaitre le pire mais c’est ta déraison.

 

Si c’est ce que tu pense je veux bien y croire,

Mais je ne t’ai pas demandé un tel désespoir,

Ce n’est pas moi qui suis allée te chercher,

Je ne fais que subir tout ce que tu me fais !

 

Voyons si tu subis ce n’est que ta volonté,

Il suffit de réfléchir un instant et tu comprendrais,

Parfois les apparences sont tellement trompeuses,

Si je laisse faire indifférente ce serais ton malheur !

 

Mais alors dis-moi la vie pourquoi dois-je souffrir,

Si comme tu le dis, laissant faire ce serait pire,

Comment pouvoir te comprendre si rien ne s’explique,

Je reste indifférente mais mon cœur applique.

 

Ne laisse jamais tes sentiments ou ils ne doivent êtres,

Tu gaspilles tellement de temps dans ce mal être,

Toi seule peux disposer de ce que tu peux donner,

Mais n’attends pas trop qu’il te soit rendu le même.

 

Mais lorsque ce fut donné avec un retour,

Qu’ensuite abandonné sans raison donnée que faire ?

Que penser il n’y à que malaise qui soit bien ancré,

Douleurs et souffrance se sont vivement installées.

 

De tout cela mon enfant tu es seule responsable,

D’avoir vainement espérer d’un être qui ne peut

Rien donner de sa propre solitude étant prisonnier,

Il veut de moi se venger ne donnant que souffrance.

 

Si je veux te comprendre il offre souffrance,

Pour se venger de ce qu’il à vécu et de toi,

Mais à ces êtres tout semble permis quoiqu’ils fassent,

On pourrait les croire protégés de tout danger.

 

Ne crois pas cela je ne fais que patienter temps est mien,

L’instant ou leur sera rendu tout ce mal fait il vient,

As-tu compris ce principe de la vie, il est à tous,

Il t’appartient maintenant de vivre sereinement.

 

                                                                        Marie Christal                                                                              A suivre

©®

17:21 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sagesse, plume blanche, dialogue, vie, amour |  Facebook |