14/02/2008

Monde d'amour,

image-0256156

 

Il est un monde ou les ailes des anges n’emmènent pas souvent,

Un monde ou toute la magie des fées ne donne pas largement,

Un monde ou se mêlent espoirs et sentiments de tendresse,

Un monde ou les rêves ne s’interdisent pas, ils sont lois.

 

Un monde ou l’amour est prestance, il est le maitre,

Tout le monde y croit, il règne et fait vivre de joies,

Un monde ou l’on aime sans détours, ou la magie,

A elle seule comporte un grand A, elle est l’Amour.

 

En ce beau monde j’ai pénétré, tu étais la à mes cotés,

J’aurais aimé l’éternité, pour pouvoir tout y visiter,

J’aime la vie, j’aime ses joies, je t’aime tellement toi,

Qui d’un battement d’ailes m’emmenas en ce monde.

 

Tout là-bas… Découvrir un peu de merveilleux au fond

De tes tendres yeux couleur azur contenant en eux,

Tout ce qui peut rendre un être heureux, tu m’offres

Des vagues de bonheur ou la tempêtes n’existent pas…

 

Tu fais de ce bel l’amour un don entier de toi, sans compter tu donnes,

Toi le bel ange de mes nuits, reviens-moi encore aujourd’hui, oh oui,

Emporte-moi dans ton univers qui ne connaît aucun travers,

Au creux de tes ailes je me sens prêtes à accepter l’éternité si tu m’y emmènes,

 

Ensemble nous continuerions à bâtir ce monde qui est tiens, ange de douceur,

Nous créerions l’aménité, pour ajouter à ta bonté, seigneur d’amour au grand cœur,

Esprit de patience, de gentillesse trouvant bonheur à donner sans cesse le cœur léger,

Il est un monde ou j’aimerais partir à tout jamais, vivre d’amour et de bonheur, au creux

Des bras de mon ange…

 

Marie Christal

©®

14:53 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : ange, monde, magie, les mots bleus, amour, plume blanche |  Facebook |

30/01/2008

Mon amour, mon ange,

Mon amour, mon ange,

 

 

8345147

 

Et si soudain apparaissait dans mon ciel gris,

Un ange aux pinceaux céleste qui viendrait,

Repeindre tout en bleu, et placet l’arc-en-ciel,

Qui  après la pluie ramène le soleil.

 

De ses propres pinceaux je peindrais en lui,

Un cœur aux couleurs de l’amour sans jalousie,

Tu n’as pas crus en moi, mon amour mon ange,

Tu me laisses glacée sans toi, sans tes bras tendres.

 

Mon amour je ne vis que par toi, dans ce monde,

Ou l’amour vivait par nous, que je t’aime simplement,

Je voudrais pouvoir tout changer, toucher ton cœur,

T’amener à mes cotés pour faire ton bonheur.

 

Tu m’as dis quand j’aime je ne lâche pas,

Et mon cœur pleure des larmes de sang,

Un torrent d’amour pour toi, toi que j’aime,

Dis-moi comment te ramener, l’amour n’a pas cessé.

 

Marie Christal

©

23:00 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : eric, tendresse, amour, plume blanche, les mots bleus |  Facebook |

23/01/2008

Toi par dela la mort,

 

P Noël

 

A toi,

Que le temps ne m’as pas fait oublier,

Même lorsque les roses se sont fanées,

Dans notre jardin d’éden ou tu m’emmenais.

A toi,

 

Dont mes yeux sont encore emplis,

De l’image que tu as laissée, couleurs tourbillonnent,

Pour moi c’est encore l’été en automne…

A toi,

 

Avec qui j’écoutais, la chanson de l’océan,

Remous des vagues qui ont engouffrés,

Tous mes plus beaux sentiments…

A toi,

 

Qui à l’oreille me susurrait des mots doux,

Que je n’oublierais jamais, si tendre et parfait,

Bel apollon au corps qui me faisait rêver.

A toi,

 

Qui savait si bien me faire sourire et rire,

Jusqu'à ce que la mort vienne te ravir,

Ne me laissant que des souvenirs…

A toi,

 

Que je ne peux pas oublier même après tant d’années,

Ou que tu sois mon amour, avec toi mon cœur s’en est allé,

Et tout en tendresse en mon âme tu t’es gravé…

Oui toi,…

Marie Christal

©®

22:30 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : amour, plume blanche, pierre, disparu, souvenirs |  Facebook |

20/01/2008

Le monde féérique,

licornes

 

 

Ecoute moi ma belle, fais ce chemin avec moi,

Je te chanterais des ritournelles avec foi,

Ecoute moi ma belle dans notre monde magique,

Ou il n’y à que amour qui règne je t’aime.

 

Mon bel amour si tendre, je n’appartiens qu’a toi,

Mon cœur en ta présence se fond de joie,

Robuste et tellement fort, cœur fragile à la foi,

Ta belle te dis je t’aime, galopons dans les bois.

 

Ecoutes moi ma belle mon cœur est tout à toi,

Nos cœurs s’unissent à vie je me donne à toi,

Ma belle ma toute belle je crée pour toi,

La forêt magique qui à jamais t’abritera.

 

Mon tendre bien aimé, parmis les elfes et les fées,

Tout ce monde magique que pour moi tu as créé,

Je suis la plus heureuse des licornes couronnées,

Mon tendre bien-aimé, puisque tu m’aime à jamais.

 

Marie Christal

©®

Peinture de Marie Christal

Acryliqyque sur toile

01:17 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : plume blanche, amour, feerie, art, peinture |  Facebook |

10/01/2008

Eh l'artiste,

 

Image 71

 

Eh l’artiste,

Eh l’artiste fais la plus belle toile de ta vie,

Peints notre bonheur à l’infini, chargé de couleurs,

Couleurs du ciel et de l’arc-en-ciel, couleur de joie,

Printemps tout le temps jusqu’au quatres saisons fleuries,

 

Eh l’artiste fait une cascade de bonheur, peints encore plus loin,

Des montagnes grandes comme nos deux cœurs,

Qui se disent je t’aime jusqu’à la cime des merveilles,

Si tu le peux, si tu le veux, peints donc cela pour moi.

 

Eh l’artiste fais le chefs-d’œuvre de ta vie, la toile s’étend à l’infini,

Elle va jusqu’au bout de notre vie, mais se déchire si vite,

Oh l’artiste crée moi un havre de paix, fais moi un monde parfait,

Ou l’amour l’emporterais, dans les couleurs les plus vives.

 

Eh l’artiste ne la laisse pas s’arracher, fais un effort stp,

C’est dans ton cœur, que tu as les plus belles couleurs,

Tes pinceaux formeront ce monde, ou l’amour sera roi,

Oh l’artiste refais pour moi la rose des vents souffle brise légère.

 

Eh l’artiste peints pour moi de doux instants, ou nous serons tout deux,

A déposer les couleurs étoilées, scintillantes de pureté, comme mon amour,

Mon amour le plus vrai que je te donne, faisons en sorte que rien n’abandonne,

Laisse se faire la brise légère, sur la toile satinée de tout ce qui est commencé.

 

Eh l’artiste ne m’abandonne pas trop souvent, ce sont mes larmes de sang,

Cœur brisé sur toile déchirée, non sois auprès de moi pour toujours,

Chaque aube nous fera peindre un peu plus d’amour, parfum de roses,

Les grands arbres pour abriter, notre plus tendre intimité… eh l’artiste…

Marie christal

©®

 

la toile mesure 80 cm sur 60,

j'ai dus la prendre en photo avac la webcam.

Ce qui nous prouve la mauvaise qualité de la cam!

Il s'agit d'une peinture à l'huile, l'arc-en-ciel sera peint dés que le reste sera sec, crainte que les couleurs se mélangent!

Artiste peintre,

mon tendre ami Eric Vogel

j'y ai placé une touche personnelle mais insuffisante à mes yeux pour que je signe avec lui.

Amicalement

Marie Christal

23:01 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : plume blanche, peinture, oeuvre, amour, les mots-bleus, artistes, toile, eric |  Facebook |

26/12/2007

Ils vinrent aux portes des cieux,

 

 

ange014

Ils vinrent mille,

Et  de ne point être reçus, ils repartirent tous déçus

Ils vinrent dix milles,

Mais tous furent rejetés et ils s’en sont allés

Ils vinrent cent mille,

Mais tous dans la combativité  ils se sont retirés l’âme mortifiée,

Il en vint un,

Qui vêtu de haillons,

N’osa frapper de crainte d’être à son tour rejeté,

Mais voici qu’une voix se fit entendre et l’invita à entrer

À la porte se trouvait un ange qui après l’avoir brièvement regardé

Il s’en alla auprès du roi des rois et dis

Seigneur il en est un,

Qui cache un cœur bon et une âme pure derrière ses haillons,

Le roi dit alors,

Qu’on le fasse entrer

Qu’il soit débarrassé de ses haillons,

Qu’on le couvre de vêtements riches brodés de fil d’or,

L’ange obéit et sur le champ ce fut accomplit

Il fut  mis à la place d’honneur à la table du roi des rois,

Il festoya avec le seigneur mangea rit

Mais après le repas il ôta ses somptueux vêtements,

Il se revêtit de ses haillons,

Et se retira sans bruits,

Le seigneur observa il ne dit mot de cela,

Mais lorsque humblement il fut parti,

Le seigneur roi des rois dit

En lui est la grâce,

Mais il ne voulut pas de gloire,

Qu’il soit béni jusqu’à la fin des temps.

 

Marie Christal

©®

14/12/2007

La plume du maitre et l'amour vrai,

La plume du maitre,

Le maitre vint, s’assied devant sa grande table, de bois foncée par les années,

Il saisit sa plume  et se laissant aller à réfléchir à la tournure à donner à ses mots,

Il passa longuement la main dans sa barbe blanche, puis soudain se laissant aller,

A l’inspiration venante sa plume se mit à courir sur la page blanche…

 

Mes amis, mes enfants, mes biens aimés,

Depuis si longtemps que je vous observe maintenant, je suis longuement attristé

De tant d’entre vous cherchant le bonheur, peu encore savent le trouver, pourtant…

Vous avez oubliés les règles essentielles, que vous cherchez, mais trop souvent,

Au travers des autres, qui eux même peuvent rarement les donner.

Vous admirez encore ceux qui autrefois se démarquaient de la communauté, dans un état

De spiritualité avancée, allant même au-delà de ce que beaucoup ne pouvaient, ou,

N’osaient imaginer, et dont encore le simple nom aujourd’hui dans une communauté

Cherchant à se spiritualiser de nouveau, reste un mot bien tabou ou Dieu lui-même,

Semble avoir été éloigné au nom de recherches secrètes visant à la seule obtention,

De pouvoirs matériaux et magistraux.

Quand tout démarre de l’amour, et de sa forme énergétique la plus puissante, l’homme

Qui ne comprend toujours pas, s’en joue à sa seule satisfaction, personnelle.

Cependant l’amour qui conduit à cette voie, contient bien souvent bon nombre d’obstacles.

Mais celui qui ne les crains pas, en fera fi brisant ainsi les anathèmes, allant au devant, de qui

Pourra l’amener à ce qu’il à chercher inlassablement, parfois des années durant.

Il n’est jamais trop tard pour que lorsque découverte faite, vous, vous laissiez conduire,

Par la main sacrée du véritable destin, la ou tout bonheur vous sera offert.

Mais encore faut-il être apte à regarder les obstacles bien en face, et écouter la voix intérieure,

Qui vous répète sans cesse, c’est ici passe donc avec cœur et joie au dessus de ce qui ne te plais pas,

Car ce qui te parait impossible aujourd’hui, deviendra dans les jours, mois années qui suivent,

Ton plus doux bonheur que tu auras accepté, le voyant aller grandissant passé bien vite oublié.

Si tu as faim, vas-tu aller à la forêt chercher un morceau de bois pour te rassasier ?

Non bien sur tu te rendras chez l’épicier, et te choisiras le met, qui te régalera, te rassasiant.

Il va de même pour la spiritualité qui ne peut exister si l’amour lui-même n’est pas bien installer.

Et parfois la aussi maintes obstacles te crèveront l’envie pour atteindre ton chemin de vie,

Si toi-même ne peux prendre la décision de passer au dessus te faisant raison, dans la raison du cœur !

Vil gâchis que la simple chair donnée, offerte aux ténèbres dont âmes suppliciée,

Ne cessera d’avoir mal, tant qu’elle n’y aura voie trouvée.

Tu peux lire tout les livres de kabbale, tous te diront le même sous des aspects que tu ne pourras,

Pas même déchiffrer.

Alors qu’il est si simple lorsqu’il en vient encore, te montrer le chemin qui fera de toi être fort ;

Fort de ta puissance, fort de ton amour, fort de ton pouvoir d’esprit sachant atteindre les hauteurs célestes.

Il te sera alors permis, de découvrir toi aussi, ce que nombre de grands maitres ancestraux,

Ont pu mettre un jour à profit, offrant dans leurs grandes sagesses secrètes incontestées à la postérité.

Et enfin tu auras compris qu’il n’existe pas d’obstacles réels, sinon ceux que ton esprit engourdis,

T’aura laissé voir pour te ralentir.

Laissant de coté manipulations tabous, brisant les interdits humains, tu seras digne de grandir.

Et n’oublie jamais que, lorsque le disciple est prêt, le maitre apparait.

Le maitre se relut plusieurs fois, il fût alors persuadé qu’il ne pouvait en dire plus que cela.

A nouveau il se relut, il acquiesça il signa, et d’un pas lent, se leva et s’en alla.

Marie Christal

©®