22/03/2007

Et si nous parlions un peu,

 

bar%5Fpapillon

 

 

Et si nous parlions un peu de nous,

Et du temps qui passe doucement,

Lentement mais surement,

Laissant sur nos visages,

Les traces ineffaçables de son passage,

Creusant ses sillons sur nos fronts.

bar%5Fpapillon 

Et si nous parlions un peu de vous,

Belle et jeune génération,

Comme des boutons de roses,

Qui lentement éclosent,

Nous faisant savoir de vos yeux d’enfants,

Que le temps qui passe assure son avenir.

bar%5Fpapillon 

Et si nous parlions un peu de tout,

De nous, de vous, de l’avenir,

Je sais que tout ne sera pas tout rose,

Qu’il vous sera pénible de vivre ici,

Que nous ne vous auront pas laissé grand-chose,

Beaucoup de désespoirs et trop à refaire.

bar%5Fpapillon 

Et si nous parlions un peu d’elle,

Cette terre qui nous à supportés tous,

Qui à subis les hommes destructeurs de tout,

Essayant sans cesse de s’adapter,

Je crains qu’elle ne finisse par capituler,

Devant le grand pouvoir pour l’or noir.

bar%5Fpapillon 

Maintenant on voudrait tout changer,

Mais on ne peut revenir en arrière,

On voudrait que jamais n’existe le nucléaire,

On regrette qu’elle court tant de risques,

Notre belle terre,

Pourtant si on s’attelait à l’ouvrage,

Nous pourrions sans doute éviter le carnage.

 bar%5Fpapillon

Pardon pour la vie et tous ces dégâts,

Que nous vous laisserons en héritage,

Les hommes vous comprendrez,

Ne sont pas nés très sages,

Mais vous en tirerez des leçons,

              Pour éviter au temps de stopper à un moment !              

bar%5Fpapillon

 

  Marie Christal

©®

01:00 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : amour, pardon, parler, terre, temps |  Facebook |

13/03/2007

Un éclat de lumière,

 

469

 

Une réflexion, une étincelle, un éclat de lumière,

A toi qui n’a pas vraiment de nom,

A toi qui comprend tout en toi,

En toi je crois, oui je crois.

 

Je crois en la pureté,

Je crois en la beauté,

Je crois en la bonté,

Je crois en la justice.

 

Je crois en la vie, aux fleurs qui éclosent,

Au rayon de soleil qui caresse la peau,

Je crois en la pluie abreuvant la terre,

Au ciel qui s’assombrit doucement.

 

Je crois à l’orage qui vient claquant,  foudroyant,

Je crois aux saisons, à la beauté du changement,

Je crois aux océans, dont le remoud chantant,

Des vagues offre à mon esprit repos, bien être.

 

Je crois en la douceur d’un matin de printemps,

Ou le cri du nouveau-né réjouit les cœurs,

Je crois en l’homme bon et aimant,

En la femme qui se faire tendre maman.

 

Oui en tout cela je crois,

Car tout ça vient de toi,

Tu n’as pas muni l’homme de perfection,

Tu lui laisses libre choix de la trouver !

Par tout cela je crois, et j’ai immenses respects.

Marie Christal

©®

01:22 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : spiritualite, amour, foi, respects |  Facebook |

28/02/2007

Ecoute dans le temps,

22%2Dsept%2D06%2D2

 

Ecoute dans le temps, écoute ce chant,

Écoute les oiseaux tu verras comme c’est beau,

Quand ils chantent ensemble leurs douces mélodies.

Si tu te baisses assez tu pourras même écouter,

Les fleurs du printemps qui se mettent à pousser,

Écoute donc le vent qui siffle doucement,

Quelques mots d’amour à toi pour toujours,

Une clé de sol qui lentement s’envole,

Dans le ciel qui s’est fait bleu pour un instant,

Juste avant que la nuit apparaisse aussi,

Vienne le voiler de son rideau d’argent,

Ecoute dans le temps les rires des enfants,

Qui jouent heureux prend juste le temps,

D’écouter tu sentiras le bonheur te gagner.

La nuit venue écoute encore n’ai crainte,

Ce ne sont pas des bruits mais son plus beau chant,

Qu’elle t’offre aussi, ses oiseaux un peu lourdauds,

Qui appellent leur belle de nuit, tout est si beau,

Écoute dans le temps il t’apprendra seulement,

Que la vie ce n’est pas que du bruit,

Mais il y à aussi, ses plus beaux instants,

Écoute en te promenant, apprends il est temps,

Le monde entier est à tes pieds,

Il te suffit de prendre le temps de l’écouter,

Écoute dans le temps, dans le vent,

Et tout te sera raconté expliqué, tu verras,

Tu comprendras…

Marie Christal

©®

23:30 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : chant, vent, ecoute |  Facebook |

26/01/2007

Les pays enchantés,

 

fantas52

 

Dans un souffle de pureté, la dame couronnée,

Lasse de voir les hommes s’entretuer, fera magie

Elle soufflera dans les flots bleus de la nuit,

Paré de ses plus beaux atours, astres d’or et d’argent,

Éclats de saphirs, ou cœur de marbre sera attendri,

Le jour venant d’un rayon d’or astre solaire sublime,

Viendra somptueusement au monde,

Offrir sa magie parée de diamants et de rubis,

La couronne d’or les portera et du pays d’Hor,

La dame recevra aube scintillante sur laquelle

Se mêleront les nuages satin du jour,

Au flot enchanté de la nuit.

Dés lors il sera permis aux anges,

de retrouver leur paradis au saint pays d’Hor,

tandis que les fées sous l’ordre de la dame couronnée,

ouvriront à nouveaux les portes des pays enchantés.

Ciel et terre ne formant plus qu’un d’un divin chemin,

Ou seront marieront la magie, à l’angélisme suprême,

Sur leurs passages les fleurs de toutes couleurs,

aux milles senteurs, écloront.

Et,

Surgissant de la terre des forêts entières réapparaîtront.

Des demeures bâties d’un coup de baguette magique,

Avec de la pierre et de l’argile, résistantes à tout vent,

Seront offertes à ceux qui auront été choisi,

pour vivre en ces pays.

Dés lors dans un parfait accord les hommes enfin heureux,

Retrouveront parmi eux les fées, et les anges protecteurs.

Et lorsque les nuits  les mamans raconteront aux petits,

la merveilleuse histoire de la dame couronnée,

et des anges qui l’ont assistées, elles placeront dans leurs rêves,

les chemins de la paix, leurs faisant cœur bon et âme pure,

pour qu’ils leur soit indiqué le grand jour ou ils pourront,

avoir la connaissance des chemins menant aux splendides rives,

des merveilleux pays enchanté ou  règne désormais la dame couronnée,

jusqu’au chemin sacré ou leur tour venant ils partiront gaiement,

vers le divin pays d’Hor, ou reçus par les anges ils auront gagnés,

leur fabuleuse éternité.

Marie Christal

©®

05:19 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : fees, anges, merveilleux, pays enchantes, amour |  Facebook |

19/01/2007

Terre,

 

colombe-noel-11b

 

Terre,

Infrastructure se dégénérant lentement, au gré des hommes contents,

Se déclarants comme étant les grands.

Esprits qui rétrécissent dans le temps, prenant pour argent comptant,

Jusqu’au dernier cent de leurs armes vendant au diable les âmes.

Terre,

Époustouflante de beauté qui doucement te fut ôtée,

Par ces hommes emplis d’impuretés, ne cherchant qu’à gagner,

Tout ce qui peut se palper, nonobstant esprit dégradés,

Qu’ils ont oubliés de sagesse  recharger crainte d’avoir à penser.

Terre,

Une boule qui tourne dans le temps, au service des enfants,

Auxquels les grands ont oubliés depuis si longtemps,

Qu’en héritage ils devront te laisser, car en enfer on n’emporte pas,

Tout ce que l’on fait ici bas, même si eux vont encore plus bas qu’ici bas.

Terre,

Peut être un jour retrouveras tu,

Tes espaces verdoyants que tu as déjà eu, que nos enfants te rendront,

Car après l’exemple reçu, ils agiront avec plus de raison, et rebâtirons,

Tout ce qui fut, et, est détruit par cette génération.

Terre,

J’ose penser qu’en ces temps la, à nouveau tu resplendiras,

Terre d’accueil tu seras pour les hommes de volonté et de foi,

Que d’esprit d’amour et de sagesse, ils feront encore de toi,

La splendeur que tu fus autrefois.

Terre,

Sans doute qu’à ce moment la, plus de pétrole il n’y aura,

N’ayant dés lors plus de raison d’être,

Toute guerre devra disparaitre, faisant place à l’ouvrage,

Qui se reconnaîtra comme étant œuvre sage.

Terre,

Quand cessera le travail fou à la chaîne,

Les hommes ne consommeront plus les fruits de leur haine,

Tu te verras à nouveau cultivée et de sang ne seras plus abreuvée,

Tu offriras en retour les fruits mûrit au nom d’un grand amour.

Terre,

Tu seras renommée du même nom conservé, ardente de nouveautés,

Dont seule tu as le secret, les hommes redeviendront les grands,

Mais ils seront de par le monde entier reconnus dans l’égalité,

Alors Dieu vengé aura fierté, un monde vrai sera créé.

Marie Christal

©®

03:43 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : terre, renouveau, amour |  Facebook |

04/01/2007

Le pas vers l'avenir,

 

angep16cds

 

Marchante au sein de l’hiver,

Vent glacé et chantonnant mon visage fouettant,

Sous mes pas craquaient les dernières feuilles mortes oubliées,

Le square désert paraissait m’appartenir un instant,

Pour m’y recueillir, cherchant la valeur à donner,

A l’an nouveau qui vient de commencer.

Je vis alors dans un éclair sur mon esprit ouvert,

Les sommités de l’an passé.

Derniers sourires pleines joies remplies de rires,

Larmes à ne pas contrôler lorsque la vie jeune fut ravie,

Impérativement à classer dans l’intellect du passé,

Soudain tout se refermait me laissant quelque peu désemparée !

Déçue que cette prestance qui avait à mes yeux disparue,

Je me tournais déjà vers un autre horizon,

Ou se trouvait un nouvel avenir qui semblait me dire,

Poses donc ton regard sur moi car je viens vers toi !

Les larmes furent séchées, et déjà je posais,

Sous mes pas l’oubli du passé, passant allégrement,

Au présent de l’avenir, d’un nouvel an prometteur,

Car,

Ce qui fut n’est plus, mais ce qui vient reste à naître !

Marie Christal

©©

marie1

 

06:36 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poesie, sagesse, avenir |  Facebook |

23/12/2006

Douce nuit,

 

bougiedenoel

 

Nuit de douceur et de clarté,

Illuminée de milles feus colorés,

Emprunte de ta magie infinie,

Je m’enfonce au clair de lune,

Sur les sentiers blanchis,

De ta splendeur hivernale,

La brume chassée par la lueur de l’étoile,

Qui semble admirer la neige tombante

Recouvrant d’un voile qui doucement s’étend,

Dans la plus belle des nuits.

Dorure et argenté qui se mêlent dans la clarté,

De la scintillance astrale aux guirlandes diffusantes,

De leurs parures la luminosité,

Qui paraissent s’étirer jusque dans l’infini,

De la plus splendide des nuits de l’année.

Dans les chants de joie Noël est annoncé !

Marie Christal

©®

19:23 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : noel, magie, plume blanche |  Facebook |