21/06/2006

Dédicace spéciale pour tous,

                     

                    

  

 

                                                                                         

A l’encre de nos veines,

 

 

A l’encre de nos veines nous gravons à la vie,

Chaque jours nos détresses et nos peines,

Une larme refoulée qui ne peut plus s’écouler,

Un soupir du cœur trop blessé,

Deuils et solitudes qui nous étreignent durement,

 

Je vois vos yeux rougis et gonflés,

Et je m’adresse au temps,

Etoiles d’or lunes d’argent emmenés donc

Au pays des merveilles dans cette nuit vermeil,

 

Pour un instant qui serait éternité de bonheur et de paix,

Ceux dont les yeux se sont enfin clos,

Plongeant dans le sommeil,

Pour que leur esprit y soit apaisé,

 

Chassez les ras de marée du vague à l’âme,

Afin que cette nuit soit un doux repos,

Et quand l’aube se lèvera,

Venant vous effacer lentement,

 

Ce sera le soleil qui scintillera au firmament,

Je m’adresserais alors à lui,

Et lui demanderais,

Astre de lumière éternelle brilles donc aujourd’hui,

 

Pour celui et celle dont une larme tu sécheras,

De ta caresse sur leurs joues,

Offres leurs de ton écarlate luminescence,

Un instant de bienfaisance, car si,

 

Pour toi je pouvais parler,

Alors je leurs dirais,

Qui que tu soit toi qui souffre, ou que tu sois,

Dans le souffre infernal de tout ce mal,

 

Je t’aime,

Car tout être mérite d’être aimé,

Et quand viendra l’heure crépusculaire,

A nouveau les astres lunaire,

 

Viendront t’emmener,

Dans l’espoir d’une nuit vermeil, empruntes de merveilles,

Qui te seront alors donnés.

Marie Christal

©®

 

 

Dédicaces à mes amis d’ici et d’ailleurs,

Et tout spécialement,

Colette, Coco, Cœur de Mary, Dolphinée, Dorinea,

Une sister de cœur dont je comprends le mutisme

Pour ces Dames, et,

Chris 1960, Baggins mon poète préferé,

 Anges mon grand ami, Laurent petit fruit,

Cœur d’enfant, monnikonetmoi, Charles,

Patrick mon tendre, Tony mon très doux,

Et comme je ne puis retenir tout les pseudos,

C’est à vous tous que ceci est dédié,

Avec toute ma tendresse et mon amitié.

Marie Christal.

 

 

03:45 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : plume blanche, amour, merveilles |  Facebook |

19/06/2006

Comment se débarrasser de...

Par trois fois le sage demanda de se taire,

A l’homme qui parlait trop,

Mais il n’en fit rien, il n’écoutait pas,

Je ne dis rien, je ne lui parlai pas,

Mais je me mis à chanter, et,

Soudain l’homme qui parlait trop s’enfouit,

Le sage aussi

Je restais seule enfin pour méditer en paix.

Marie Christal

 

00:54 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : plume blanche, meditation |  Facebook |

17/06/2006

Déstinées,

Seigneur toi l’Eternel,

Viens jusqu'à moi car je t’appelle je t’invoque je te supplie

Seigneur où sont-ils donc tes enfants,

Si un homme parle avec sa bouche,

Mieux vaut ne pas écouter si un homme parle avec son esprit,

Mieux vaut s’en détourner

Si un homme parle avec son cœur,

Mieux vaut s’en aller

Seigneur tu a conçu créé l’homme,

Pour qu’il utilise tout ses sens,

Où donc sont ceux qui de leurs bouches,

Font encore sortir les vrais mots,

Ceux qui venant du cœur,

Ont été mûrement réfléchis avec l’esprit,

Seigneur toi l’Eternel,

Nous vivons à l’heure du virtuel,

Où les mots passent

D’un ordinateur à un Gsm,

Ni loi ni foi de ceux qui lancent telle une pierre,

Un tu est mon ami(e),

Où un je t’aime qui ne fera que provoquer tristesse

Détresse et peine,

Seigneur je ne puis le nier puisque tout cela est vrai

Seigneur où donc est ton monde où sont tes enfants,

Seraient t’ils passer eux même dans un autre monde loin du virtuel,

Seigneur non ceci n’et point blasphème,

Seigneur voit mon visage en pleurs devant toute cette détresse humaine,

Seigneur comment aider celui qui,

Demande de l’aide qui crie vers toi son désespoir sa perdition,

Mais qui refuse d’être aidé car il n’est pas prêt à recevoir la vérité,

Seigneur tant d’êtres crient vers toi tendent les mains,

Te serais tu toi aussi déconnectés de notre pauvre monde,

Aurais tu toi aussi débranchés les écouteurs,

Afin de te reposer l’esprit de tant de cris de prières désespérées,

Seigneur oh non ceci n’est point blasphème vois mes larmes,

Entend mes pleurs, ils sont ceux de tous,

Seigneur oh Seigneur,

Mais que m’a donc t’il pris de m’adresser a toi ainsi,

Seigneur je me suis faite douleur pour la déposer devant tes

Divins pieds,

Seigneur en une seule douleur en quelques profonds pleurs,

Pour un seul et pour tous,

Pour toute une humanité.

Marie Christal

©®

02:08 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : spiritualite, dedicace, plume blanche |  Facebook |

12/06/2006

Une parole d'enfant de six ans,

Mon fils de six ans s’approche de moi,

Je vois son regard interrogateur,

Et déjà je m’attends à la profusion de questions,

Je lui ouvre les bras et il vient se blottir tout contre moi,

Je lui demande,

Qu’as-tu mon trésor, tu souhaites me parler ?

Il lève ses beaux yeux bleus sur mon visage,

Et me demande,

Dis maman est ce que tu m’aime ?

Bien sur mon cœur je t’aime très fort !

Oui mais maman très fort très, très, très fort,

Mon petit amour je t’aime d’ici jusqu'à la lune,

Et jusqu’aux étoiles qui sont encore plus loin,

Mais maman si tu m’aimes pourquoi me punis tu,

Parfois et me mets tu au coin ?

Parce que mon amour si je ne le faisais pas,

Tu ne saurais pas ce qui est bien et mal,

Ce que tu peux faire, et ce que tu ne dois surtout pas,

Peux tu comprendre cela mon amour ?

Oui maman mais je n’aime pas le coin,

Car lorsque j’y suis-je ne vois plus rien !

Je sais mon cœur, mais c’est cela la punition,

Te priver de voir pour que tu réfléchisses,

Et que tu ne commettes plus les mêmes erreurs après !

Oui maman mais tu sais quand je serais grand,

Et que j’aurais ma maman à moi, (il veut dire sa femme)

Et bien…

Je ferais une maison toute ronde,

Comme ça il n’y aura pas de coins,

Et mes enfants à moi, ils n’iront jamais au coin !

Son visage est illuminé comme s’il avait découvert La grande solution,

Je le regarde attendrie, mais c’est plus fort que moi,

La je ris aux éclats et lui aussi !!!

Parole de Romuald 6ans.

 Marie Christal

 

01:43 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : plume blanche, parole d enfant, enfant, amour |  Facebook |

09/06/2006

Amis, ennemis,

Choisis bien tes amis,

Fais en sorte de,

Les conserver toute ta vie,

Car quoique tu fasses,

 

Tu ne choisiras pas tes ennemis,

Cependant ils seront bien la,

Et te poursuivront toute ta vie.

 

 

 

Marie Christal

©®

 

02:55 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : plume blanche, amis, ennemis |  Facebook |

05/06/2006

Accroche ton existence,

Accroche ton existence, au flot de tes espérances,

Accroche ton existence, au flux de tous tes sens,

Accroche ton existence, au-delà des préférences,

Forme en toi un espace de quintessence,

Les éons sont arrivés, te plaçant devant ta nouvelle destinée,

Les éons sont  passés, t’offrant la suprême essence,

Pour une divine renaissance,

Accroche ton existence à l’avenir qui se présente,

Forme en la source de laitance,

Qui t’abreuvera de survivance,

Accroche ton existence, avec éminence,

A ce qui t’est donné aujourd’hui,

Un regard qui éblouit,

Jouis d’une nouvelle existence,

Jouis d’une nouvelle vie, d’un cœur à aimer,

Accroche ton existence, mêle la à ses espérances,

Mais ne fait jamais pleurer un cœur que tu as désiré,

Ce cœur que tu dis tant aimer,

Alors tu connaîtras une nouvelle science,

Où tu pourras accrocher ton existence,

Vivre selon tes espérances, vivre contre toute attente,

Accroche ton existence, mais dans la douceur et la patience.

Marie Christal

©®

03/06/2006

Allégorie Angélique,

 

Sur la plaine déserte,

Soufflait une brise légère, le calme régnait

Quand soudain au loin j’entendis de petites voix,

Des enfants se trouvaient là,

Et se mirent à chanter gaiement,

Leurs chants semblaient être une allégorie céleste,

Intriguée, attirée, je m’avançais pour les rejoindre,

Mais  alors,

Que j’approchais,

Je vis cette clarté,

Et les adultes et enfants venant de toutes parts,

Il en venait d’avant, d’arrière, de gauche, de droite,

Tous étaient emprunts de cette Divine euphorie,

Ils venaient et s’assemblaient au cœur angélique,

Ils étaient de toutes races, toutes couleurs,

Mendiants et dirigeants se trouvaient tous là,

J’observais un instant cet azimut dirigé des cieux présents,

Une main saisit la mienne,

Et soudain je sus que

Cette Divine visite apportait à cette terre,

Ce qu’elle ne fut plus depuis longtemps,

La terre des hommes,

La terre des enfants,

Et,

L’allégorie céleste se trouvait là pour longtemps,

Oui très longtemps.

Marie Christal

©®

 

04:35 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : plume blanche, spiritualite, allegorie, angelisme |  Facebook |