13/02/2007

Les ravages du coeur,

 

CAWO1Z8N

 

Comme un vent sauvage au cœur de l’été, toi tu apparais,

 

Dans tes yeux de braise, on peut lire la douceur qui te fait aimer,

Tu demandes tendresse, tu fais déclaration, que sur ton honneur,

Tu  es amoureux, Comme un adolescent…

Tu passes un moment bien agréable, tu laisses croire au merveilleux,

Tu fais tes ravages, tu fais tes outrages, dans un cœur aimant.

Tu sème la détresse, tu vois sans regrets, les larmes qui coulent,

De ce que tu as créé.

Tu fais tes clivages, tu mets en esclavage, tu fais un trou béant,

Au le cœur de la belle qui souffre déjà tant…

Sans regrets sans hontes tu agis en dépravé, tel un beau don juan,

Qui sait bien comment, se faire aimer…

Mais viendra le jour où ce sera ton tour, de rencontrer l’amour,

Et ce jour sera celui ou tu souffriras, le poids de la vie et de ton passé,

Sur ton dos pèsera…

De la belle tu n’auras qu’un sourire et elle s’en ira, alors tu sauras que

Le temps est passé trop vite pour toi, tu seras en larmes, tu seras sans armes,

Mais rien n’y feras, tu vas connaître à ton tour la douleur de l’amour,

Âge aidant et étant il te restera tes souvenirs du bonheur détruit,

Quand tu aurais pu à plein cœur le saisir et être heureux.

Éconduis de la vie rien à racheter, il sera trop tard, tu ne seras plus aimé.

En ton cœur les ravages te mettront en esclavage de l’amour,

Un trou béant te fera mourir lentement du mal d’être aimé.

Marie Christal

©®

05:41 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : amour |  Facebook |

10/02/2007

Laisses moi te convaincre,

 

132962752

 

Comme l’oiseau tombé de la branche,

Beaucoup trop blessé…

J’ai le cœur en tranches, laminé,

Mon amour,

Si tu me revenais pour toujours,

C’est à toi que j’appartiendrais,

Je veux être le sourire sur tes lèvres,

Trop figées, si tu me laisse t’aimer,

Je ne désire que ton seul bonheur,

Je veux réunir à jamais nos cœurs,

S’il m’est permis un souhait,

C’est pour toi que je le ferais,

Que tu puisses enfin te libérer,

De tous ces faux préjugés,

Et qu’à nouveau réunis,

Le bonheur nous appartiendrait,

Oui  pour toi je ferais beaucoup,

C’est vrai que de toi je veux tout,

Mon amour…

Tu peux seul me guérir de ton sourire,

Ton regard doux dans mes yeux bleus,

Alors oui je comprendrais tout,

Ce que la vie m’a fait supporter,

Jusqu’au bout je suis prête à aller,

Pour que nous puissions nous aimer,

L’oiseau pourra à nouveau voler,

Mais  il ne se blessera plus jamais,

Car tu seras la pour le protéger.

Mon amour…

Je sais que tu m’aime comme un fou,

Comme l’ado tu as un peu peur de tout,

Donnes moi l’instant précieux,

Ou je te convaincrais que nous sommes

Amoureux.

Marie Christal

©®

05:05 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour |  Facebook |

22/01/2007

Bercée d'amour,

 

xJesusrayon

 

Tu es le soleil qui éclaire mes jours,

L’étoile qui resplendit sur mes nuits,

Tu es les bras qui se tendent vers moi,

Me berçant du plus bel amour,

M’offrant de merveilleux jours,

Ton sourire est un cadeau,

Qui illumine mes moments de faiblesse,

Douce et tendre est ta voix,

Lorsque tes mains sur mes joues sont caresses,

Tu es celui qui vient réchauffer mes nuits,

Lorsque je grelotte dans la solitude,

Alors tu m’apparais,

Et s’installe en moi la plénitude,

M’ouvrant tes ailes de lumière,

Je te retrouve oh mon mystère,

Tu me remplis d’allégresses,

Offrant un sens à ma vie.

Tu es mon réconfort me berçant d’amour,

Chaque nuit, chaque jour, tu es la,

Tout près de moi, et je n’ai plus peur,

Je suis emprunte d’un mystérieux bonheur,

Que tu apportes avec toi,

La nuit s’emplit de flots bleus,

Dans lesquels tu scintilles tel un diamant,

Les jours sont parés d’or,

Même lorsque le soleil ne luit pas dehors,

Puisque tu es la oh mon rêve interdit,

Mon merveilleux ange blanc de la nuit.

Marie Christal

©®

20:43 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour, ange, nuit |  Facebook |

15/01/2007

Elle s'en va,

 

voiture-et-dame

 

Alors qu’il l’observait prête à s’en aller,

Il lui demanda…

Qu’adviendra t’il de nous si un jour,

Nous nous retrouvions au hasard du temps ?

Le regard détourné la gorge serrée elle répondit,

Si un jour lointain je te voyais par hasard,

Alors je poserais sur toi mon regard,

Au plus profond de tes yeux je chercherais

L’homme nouveau non le bourreau,

Et je me demanderais,

Est-ce celui que j’aime, ou celui que je hais ?

Je me poserais milles questions,

J’observerais la face que tu me montreras,

Sans doute aurais-je du mal à penser,

Que cet homme la ai pu changer,

M’amenant de l’amour à la haine dans mon cœur blessé.

Il la regarda sans pouvoir agir, les yeux embrumés,

Il aurait voulu la retenir lui dire qu’il avait déjà changé,

Mais de cette souffrance qu’il avait pris le temps de bâtir,

De sa bouche nul mot ne pu en sortir.

Doucement elle ouvrit la portière, étranglée d’un sanglot,

Qu’elle ne voulait laisser échapper,

Et avant que quoi que ce soit il ne puisse dire,

Il la voyait déjà s’éloigner sans se retourner,

Il se senti soudain en proie à un immense chagrin,

Le cœur torturé il comprit trop tard,

Combien était grand le mal qu’il lui avait fait,

Aujourd’hui la souffrance lui appartenait mais…

Il était trop tard, elle s’en était allée.

Marie Christal

©®

23:10 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour |  Facebook |

 UN ange tout simplement,

 

30

 

04:51 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : enfant, amour |  Facebook |

13/01/2007

Un enfant,

 

                                         

Photo 010

Un enfant c’est la beauté, c’est la pureté,

Un enfant c’est l’innocence, c’est la confiance,

Ce sont deux petits bras, qui se tendent vers toi,

Ne le fais pas pleurer, ne le brusque pas,

Un enfant c’est un cœur remplis d’amour,

Qui ne t’en voudra pas si tu fais une erreur un jour,

Un enfant c’est un rayon de soleil, qui éclaire chaque jour,

De la vie entière de ceux qui ont la chance d’êtres parents.

Un enfant c’est tout,

Un peu de maman et de papa,

Mais il est lui avant tout ! N’oublie pas !

Un enfant on l’éduque mais on ne le façonne pas,

Ce sont de beaux grands yeux qui te regardent avec tendresse,

L’injustice il ne connaît pas, il acceptera ce qu’on lui enseignera.

De son regard candide il t’observera, remplis d’admiration,

Et de désir d’être comme toi, alors sois donc l’exemple,

Oui Mais le bon, n’oublies pas…

Qu’il se fera aussi à ton image, que plus belle elle sera,

Plus de chances il aura de conserver son âme pure.

Un enfant on ne le fait pas pour soi, mais pour lui par amour,

Et lorsqu’il vient on lui doit tout ce que de mieux,

C’est dés le premier jour,

Qu’on lui apporte avec amour, de quoi devenir à son tour,

Une femme ou un homme au cœur léger,

A l’âme transparente qui aura appris à être ce qu’il sera !

Un enfant c’est plus précieux qu’un trésor,

C’est un cadeau du ciel qu’il t’est donné,

C’est la perle qui naît d’un grand amour.

Et même si tu n’as pas d’or, à lui offrir en héritage,

Fais lui don de toi, de temps, et de sagesse,

Car lui t’aura fait une joie immense,

Celle d’être parent un jour, parent pour toujours !

Un enfant c’est tout un monde qui grandit,

Un être à part entière même tout petit,

Un enfant c’est le merveilleux

Qui s’installe dans ta vie.

Reconnais que tu es béni

Marie Christal

©®

20:59 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : amour, enfant |  Facebook |

12/01/2007

Nuit d'Amour,

 

1iinaaqb

 

Doucement enlacée aux creux de tes bras si forts,

Et ma peau si douce  que tu parcours tendrement,

Corps de la passion et esprit de la tendresse,

Je frémis doucement sous tes doigts qui me caressent,

De mes lèvres un soupir qui répète sans cesse,

Encore, encore…

Nous ferons pâlir la nuit de jalousie oui, oui,

Elle n’aura plus d’yeux que pour nous observer,

Tout deux.

La déchirant à petit cris lorsque je serais à toi,

Oh mon amour elle ne verra pas le jour,

Qui viendra pour nous et qui l’effacera,

Rompus de fatigue mais nous aimant à la folie,

Au creux de tes bras je retournerais m’installer,

À l’aube dorée nous nous endormirons tout deux,

Après un long baiser  que je veux langoureux.

Oui que je veux langoureux.

Marie Christal

©®

04:20 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour |  Facebook |