15/01/2007

Elle s'en va,

 

voiture-et-dame

 

Alors qu’il l’observait prête à s’en aller,

Il lui demanda…

Qu’adviendra t’il de nous si un jour,

Nous nous retrouvions au hasard du temps ?

Le regard détourné la gorge serrée elle répondit,

Si un jour lointain je te voyais par hasard,

Alors je poserais sur toi mon regard,

Au plus profond de tes yeux je chercherais

L’homme nouveau non le bourreau,

Et je me demanderais,

Est-ce celui que j’aime, ou celui que je hais ?

Je me poserais milles questions,

J’observerais la face que tu me montreras,

Sans doute aurais-je du mal à penser,

Que cet homme la ai pu changer,

M’amenant de l’amour à la haine dans mon cœur blessé.

Il la regarda sans pouvoir agir, les yeux embrumés,

Il aurait voulu la retenir lui dire qu’il avait déjà changé,

Mais de cette souffrance qu’il avait pris le temps de bâtir,

De sa bouche nul mot ne pu en sortir.

Doucement elle ouvrit la portière, étranglée d’un sanglot,

Qu’elle ne voulait laisser échapper,

Et avant que quoi que ce soit il ne puisse dire,

Il la voyait déjà s’éloigner sans se retourner,

Il se senti soudain en proie à un immense chagrin,

Le cœur torturé il comprit trop tard,

Combien était grand le mal qu’il lui avait fait,

Aujourd’hui la souffrance lui appartenait mais…

Il était trop tard, elle s’en était allée.

Marie Christal

©®

23:10 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : amour |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.