20/12/2006

Ame de poète fils d'Aragon,

 

livre_fermer013

 

Âme de poète fils d’Aragon,

 

Tu couches sur le papier des mots qui semblent mêlés

Le présent avec le passé, infinie délicatesse plume d’or,

Qui égratigne les fêlures des cœurs blessés,

Âme de poète fils d’Aragon

Surgissant de terres lointaines et inconnues à tous ceux,

Qui ne peuvent reconnaître en toi la source de vérité,

Dans la candeur de tes yeux brûle une flamme bleue,

Les rendant si éclatant  comme la braise ils sont ardents,

Es tu démon ou Divin mais tes dires ne sont que bien,

Tu te laisses diriger par la muse nommée perfection,

Tu ne te lasses pas d’aimer mais ne sachant le crier,

Tu laisses le papier emprunt de tes mots dorés.

Qui serviront à dévoiler l’amour que tu as à donner,

Âme de poète fils d’Aragon

Tu voudrais purifier le monde pour que plus jamais,

Il n’y ai de cœurs torturés, blessés, par les coups donnés,

De personnes que tu juges insensées serais tu Cupidon,

Au cœur bien allégé capable d’aimer un monde,

Pour toute une éternité,

Sous cette apparence d’homme l’enfant se reconnaît,

Tu refuses le sang qui à coulé des cœurs broyés,

Tu voudrais pouvoir en un instant tout changer,

Faire renaître de cette vieille terre trop amère,

Sa fille qui aurait la saveur miel de toutes fleurs.

Âme de poète fils d’Aragon

Rien n’est éternel et tu le sais mais de l’éphémère,

Toi tu fais un passé gravé à l’encre de ton cœur,

Glissant sous ta plume des mots de joies,

Mais aussi quelques pleurs,

Juste pour que l’homme n’oublie pas que,

Que les fils d’Aragon

Ne pouvaient écrirent que la plus pure vérité.

Marie Christal

©®

21:02 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ame de poete, fils d aragon, plume blanche |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.