28/11/2006

Vénus,

 

 

 

279539

 

Laisses moi d’un rayon d’or,

Caresser chaque parcelle de ton corps,

La nuit lunaire m’a envoyée,

Jusqu'à toi pour te satisfaire,

J’en ferais mon divin plaisir,

Je t’assoifferais de désirs,

Et lorsque viendra le petit matin,

Je m’évanouirais dans les embruns,

Regagnant mon pays d’Hor,

Je t’entendrais suppliant,

Crier mon nom au loin,

Vénus, Vénus, encore…

Marie Christal

©®

04:33 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : amour, nuit rose, venus, sensualite |  Facebook |

27/11/2006

Offrande d'une vie,

 

 

croix012

 

Dans toute sa grâce tel un du au temps qui passe,

Elle évoque un présent qui appartient au passé,

Elle s’étale en torrent de larmes chaudes et salées,

Ne sachant plus faire face à cette vie qui semble

Déjà la quitter,

Elle s’esquive un instant pour aller là-bas la donner,

Dans la nuit noire et glacée elle tend ses poignets,

Aux artères tranchées des gouttes de sang tombées,

Sur le sol semblent former des roses écloses,

A même ce sol asphalté et mouillé elle s’étend,

Offrant en un instant au cœur de la nuit sa vie,

Elle s’endort pour ne plus jamais s’éveiller.

Marie Christal

©®

05:09 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : offrande d une vie, plume blanche |  Facebook |

26/11/2006

Le chant secret de la sirène,

 

 

67588295_small

 

Amour as-tu entendu le chant de la sirène ?

Elle s’exprime jusqu’au plus profond de toi-même,

T’appelant sans cesse à plus d’amour, moins de haine,

Vas plonge donc dans le vague océan de ton âme,

Calmes la tempête qui houle la mer de tes espoirs,

Qui trop entretenue de haine fût mère de tes désespoirs,

Amour écoutes donc le chant de la sirène,

Elle la perle qui dans tes eaux troubles se meure

Lentement, doucement, en attente que tu lui viennes,

Poser tes lèvres sucrées au goût de miel,

Sur les siennes salées mutilées de trop de colères,

Amour as-tu écouté le cri de la sirène mystique,

Qui dans ton cœur à construit une basilique,

Où elle voulait être à l’honneur chaque jour,

A l’encontre de ton caractère draconien et désertique,

Amour as-tu oublié les légendes de mystère ?

Où toujours le bien l’emportait,

Où les dragons ne vivaient que s’ils avaient un cœur !

Amour écoutes donc le chant de la sirène,

Plonges dans les eaux troubles et profondes de ton âme,

Installe en toi la paix en faisant reculer la colère,

Installe la en rejetant tout ce qui te fait guerre,

Tu entendras alors le plus merveilleux chant qui soit,

Et cette douce symphonie viendra du plus profond de toi,

De tes eaux pures elle chantera pour toi,

Un chant d’allégresse qui n’appartiendra qu’as toi !

Amour laisses donc chanter la sirène elle chantera ta vie,

Elle chantera pour toi, elle sera ta joie.

Marie Christal

©®

05:51 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : amour, sirenes, plume blanche |  Facebook |

23/11/2006

Parole de sage,

 

 

 

 

 

 

                         celui qui prône l’indélicatesse,

Est un être dont le cerveau,

Est trop paresseux,

Pour tenter de chercher

Et trouver la sagesse !

 

marie

 

 

christal

©®

20/11/2006

Le chant du vent,

 

 

tornade_02

 

 

Enfant écoutes le chant du vent,

Perçois ses hurlements écoutes longuement,

Entends tu ce qu’il dit ?

Entends tu ce qu’il crie ?

Partout il s’infiltre gémissant,

La complainte de la terre à bout de force,

Ecoutes son chant qui te dit lancinant,

Depuis toujours j’aime cette terre votre nourricière,

Depuis la nuit des temps je la flirte gentiment,

La caressant au passage d’une bouffée d’oxygène,

Que je cueille au feuillage de sa flore,

L’emmenant rejoindre la grande marée,

Aujourd’hui je la regarde si tristement,

Humain que lui as-tu fait elle est si délabrée !

Tu aurais pu l’entretenir,

Elle qui ne voulait que te servir de ses fruits frais,

Mais tu l’as maîtrisée pillant à outrance,

Tout ce qu’elle voulait te donner,

Tu t’es servit d’elle la réduisant à néant,

Défrichant ses forêts installant ton béton !

Rasant ses prairies au gré de ta fantaisie,

Coulant le macadam tu as brûlé la grande dame.

Te grisant de joie  au vu des résultats,

Ne pensant qu’as toi tu as oublié qu’elle vivait,

Et qu’elle te faisait vivre jusqu'à s’appauvrir !

Enivré tu ne peux stopper le processus engagé,

La vidant de son sang, lui volant ses forêts !

Tu la regardes s’amenuir sans plus pouvoir agir,

Que laisseras tu donc aux générations à venir ?

Humain tu t’es donné le pouvoir de détruire,

Elle a tremblé d’effroi mais tu ne t’en soucies pas !

Aujourd’hui je viens vengeur réchauffé de sa douceur,

Ma colère est grande et je vais me lever,

Je serais si puissant que tu m’appelleras tornade,

tornade

 

Je viens pour détruire tout ce qu’il t’a plu de bâtir,

Je serais si puissant pour la venger ma toute belle,

Que même tes cris de stupeur je les transformerais

En horreur jusqu'à ce que tu t’écroules.

Je vais sur toi soufflé si fort,

Que je te ferais rouler jusque dans ta tombe.

Je déchaînerais tous les éléments,

Qui viendront au mien joindrent leurs chants,

L’océan se fera houleux de ses vagues gigantesques,

Te souviens tu ? Je l’ai déjà fais,

Elles emporteront tout sur leurs passages.

Les volcans s’éveilleront et le feu nous accompagnera,

Il brûlera vos maisons vous serez sans toit !

Tu as provoqué le réchauffement,

Tu vas brûler dans ta stupidité, et moi le vent,

Je continuerais d’hurler je t’effarerais !

Il n’existera plus un endroit ou tu pourras te cacher,

Lorsque tu seras à genoux pleurant, tremblant,

Le coup de grâce te sera donné !

Et il ne restera que ceux qui se sont insurgés,

Contre tes pratiques éhontées,

A eux leur sera rendu une terre nettoyée,

Ou même les guerres seront stoppées et  oubliées.

Marie Christal

©®

 

081205_075951

 

19:43 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : vent, colere, tornade, vengance, plume blanche |  Facebook |

15/11/2006

Rien qu'a toi,

 

 

132962752

 

Ne bouges pas, reste auprès de moi,

J’ai juste besoin que tu sois la,

Prends moi dans tes bras.

Regardes moi dans les yeux,

Vois les miens comme ils sont bleus,

Toi ils sont de braises, et contiennent la foudre.

Serres moi doucement tendrement tout contre toi,

Parles moi dis moi des mots doux et tendres,

Dis moi je t’aime plus que tout oui je t’aime !

Vois mon cœur est tel une bombe,

Qui explose d’amour pour toi,

Dans le tiens je voudrais être la rose éclose,

Le parfum qui embaume à vie,

La lumière qui t’éclaire dans la nuit,

Le jour qui se lève et te sourit,

Je voudrais le pain qui te nourrit,

L’eau qui te désaltère l’air qui t’oxygène,

Ne me laisses pas je ne suis rien sans toi,

Je n’ai plus de nom puisque ce n’est le tiens !

Emmènes moi fais moi connaître le chant du cœur,

La rosée des petits matins après la nuit d’amour,

Fais moi comprendre qui je suis,

Car je ne suis personne sans toi,

Juste un prénom qui résonne au creux de l’infini,

Ne t’en vas pas, ne me laisses plus jamais seule,

Ma solitude me tue d’ennui sans toi,

Oh reviens moi je n’ai rien oublié,

L’odeur de ta peau est gravée en moi,

Le son de ta voix le ton de tes mots tout est la,

Prends moi tout contre toi serres moi fort,

Pour l’éternité je suis déjà à toi ai-je tord ?

Je t’aime infiniment plus que moi-même.

Marie Christal

©®

02:34 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : amour, tendresse, sensualite, plume blanche |  Facebook |

12/11/2006

Le miracle de la vie,

 

bebe_dort_01

 

 

C’est l’histoire d’une femme qui va devenir mère,

Elle se trouve dans la salle aseptisée de l’hôpital,

Son visage de sueur ruisselle, elle à peur,

Tout son être est en souffrance mais malgré la douleur,

Dont elle fait extrême offrande au créateur,

Ses cris retentissent elle ne peut s’empêcher,

On lui demande d’expulser la vie pour qu’elle vive,

Ultime effort à bout de forces, elle pousse encore,

Soudain ses cris s’arrêtent et tout commence,

A l’enfant qui déjà parait,

Le dernier instant de souffrance disparaît,

Lorsque les cris se sont tus surgissent alors,

Ceux de l’enfant qui naît laissant voir la beauté,

De ces moments sacrés ou maman connaît bébé,

Ses cris sont remplacés par ceux du nouveau-né,

Les rires et les pleurs qui se mélangent,

Dans ces instants merveilleux bonjour petit ange !

C’est l’histoire de la vie et de tout ce qu’elle donne,

C’est l’histoire du plus beau miracle accomplis.

Marie Christal

©®

22:50 Écrit par Marie-Christal dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : miracle de la vie, enfant, naissance, plume blanche |  Facebook |