30/08/2006

Légendes et réalités,

 

 

Où donc êtes vous preux chevaliers,

Défenseurs des faibles et des opprimés,

Vous avez faits la quête du saint Graal,

Qu’en est il donc resté ?

Où donc êtes vous preux chevaliers,

Vous vous êtes emmurés

Retranchés bien cachés

Vous vous êtes fait un idéalisme,

Formant un sectarisme !

                                                                                                                        Et,

Plus nuls ne vous connaissent

Quel est votre Dieu,

Lorsque ceux qui vous connaissent

Vous voient grandir en bassesse,

Fleurissants de propriétés !

 

Et multiples matérialismes,

Où donc êtes vous preux chevaliers,

Où donc êtes vous défenseurs de la société,

La veuve et l’orphelin n’ont de cesse de pleurer

Les opprimés sont torturés

Quand,

De vos grandes demeures,

Vos voitures de sport flambantes neuves

Vos commerces prospères,

Vous vous êtes retranchés derrière vos murs,

Ne regardant plus la veuve si elle ne peut payer,

Où êtes vous donc vous qui autrefois,

Donniez le pain aux affamés ?

Vous ne cessez aujourd’hui d’accumuler !

Où donc êtes vous preux chevaliers?

La table ronde s’est brisée !

 

Et,

Dans sa tombe Arthur mille fois s’est retourné !

Marie Christal

©®

22:18 Écrit par Marie-Christal dans Poésie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : legendes, realites, sagesse, plume blanche |  Facebook |

Vidéo sérénité création,

 
Veuillez cliquer sur le lien sérénité afin de la visioner sans ratés, il vous conduira sur mon site vlog, ou vous pourrez visionner toutes mes vidéos, de ma composition ou non! Bon amusement.
N'oubliez pas de stopper la musique du site en cliquant sur le lecteur mp3 avant de lancer la vidéo. Merci de vos commentaires!

04:11 Écrit par Marie-Christal dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : video, serenite |  Facebook |

29/08/2006

La fuite des abîmes,

 

 

 

La dame couronnée du splendide pays d’Hor,

La dame aux longs cheveux bouclés couleur d’or,

S’est enfin échappée des noires abîmes,

Qui l’avaient emprisonnée pensant la garder,

Enfermée la à tout jamais, ce soir elle s’enfouit.

 

Elle s’élève doucement vers la lumière ardente,

Ses ailes déployées

Elle s’en va retrouver sa couronne et son sceptre,

Aux couleurs du ciel, et du soleil.

De ton cœur trop glacé, elle s’est enfin libérée,

Ne voulant plus pleurer,

Son royaume l’attendait elle y est retournée,

Mais cependant elle sait, qu’un jour viendra,

Ou ton cœur glacé trop las se fondra,

Alors elle reviendra pour te retrouver,

Et elle t’emmènera avec elle tout là-bas,

Au pays des merveilles ou l’amour est sans pareil,

Elle t’emportera très loin avec elle,

L’amour naîtra enfin et ce sera la fin des cœurs brisés,

Cupidon aura aiguisé la pointe de toutes ses flèches,

Elles auront un goût de miel pour les amants éplorés,

Qu’elles réuniront à jamais venant apporter,

Un bonheur réparé.

Au nom de la dame couronnée du splendide pays d’Hor,

Pays que tous les hommes ne connaissent pas encore,

L’amour n’aura plus de barrières,

Les portes s’ouvriront enfin sur un monde de lumière,

Qui s’offrira aux cœurs aimants,

Pour les protéger à tout jamais des larmes,

Des séparations et tout ce qui leurs fit tant de mal.

Et la dame couronnée du splendide pays d’Hor,

Sera à tout jamais reine de ceux qui s’aiment.

Marie Christal

©®

05:22 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : amour, plume blanche pour dedicaces |  Facebook |

28/08/2006

Cesser de rêver,

 

 

Il faut cesser de rêver,

Car de trop le faire,

Lorsque tu devras t’éveiller

Tu risques de ne pas reconnaître la réalité,

Et de t’en être entièrement déconnecté.

 

Il faut cesser de regarder vers ton passé,

Car à force de tourner la tête en marchant

Tu risques de ne pas voir le ravin devant toi,

Et,

De t’engouffrer dedans

Alors minces seront tes chances,

 de t’en sortir l’esprit vivant,

Il faut cesser de dire je sais

Car de penser tout savoir

Tu oublies que l’on apprend toute sa vie,

Et,

Tu ne sauras jamais,

 que tu n’as jamais rien compris

Il faut cesser les je t’aime,

 quand ils ne sont pas réels,

Car à force de les galvauder

Un jour viendra,

 tu te regarderas dans le miroir,

 

Lui ne te mentira pas tu seras vieux, seul,

Et plus nuls ne pourront jamais t’aimer

Et de tous tu te verras abandonné.

 

Il faut cesser de geindre et de pleurer,

Car à force d’ainsi fuir la réalité,

Tu ne pourras plus te souvenir

De ce qu’est même un simple sourire.

Marie Christal

©®

19:56 Écrit par Marie-Christal dans Plume blanche | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : reves, plume blanche |  Facebook |

L'Amour c'est...,

 

 

 

 

L’amour c’est savoir donner sans compter,

L’amour c’est offrir ce que tu as dans le cœur,

L’amour c’est franchir tous les obstacles,

Quand on aime vraiment,

L’amour c’est un bouquet de roses qui ne fanent jamais,

L’amour c’est faire le tour de la terre,

Pour rejoindre sa bien aimée,

L’amour c’est faire tous les efforts,

Pour qu’il devienne encore plus fort,

L’amour c’est être ébloui par ce regard,

L’amour c’est accepter, vouloir et pouvoir

L’amour c’est aimer et se laisser aimer

L’amour c’est ne pas compter fleurette,

Mais toujours fleurir les cœurs,

L’amour c’est un nom,

L’amour c’est une magie,

L’amour c’est une quintessence,

L’amour c’est un don du ciel,

L’amour c’est toute une vie,

Ne pas un jour se regarder dans un miroir,

Et se voir vieux,

Se dire qu’il est trop tard pour être heureux,

L’amour c’est celui que l’on saisit,

Lorsqu’il est si prêt pour faire son bonheur,

L’amour c’est ne jamais se faire mal au cœur,

L’amour c’est tout cela,

L’amour c’est la magie suprême, l’alchimie, mais,

L’amour qu’est ce donc pour toi ?

Marie Christal

©®

03:45 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : amour, bonheur, joie, aimer, plume blanche pour dedicaces |  Facebook |

25/08/2006

Fusion des extrêmes,

 

 

Provenant d’une magie, aux sons limpides,

Cristallins et purs, amenant au voyage,

Jusqu’au plus profond de mon âme,

Tu me prends par la main,

Me faisant entendre la pureté de ta divine essence,

Aux ailes de lumières jetant éclats d’émeraudes,

Par dessus la terre fusion de l’âme et l’esprit,

Tu m’emportes dans cet univers pays d’Hor,

Fusion du Divin avec l’humain dans l’harmonie,

D’une douce symphonie Alchimie d’Amour,

Devant la source sacrée,

De tes ailes une plume fit tombée,

Saisissant au passage une larme coulée,

J’en fis encre de mon cœur qui des ses mots d’amour,

Voulut écrire pour la terre,

Un doux et merveilleux chant de paix,

Symbiose limpide fusion planétaire,

Union parfaite des symphonies offertes à l’humanité,

Unissant la grâce du plus parfait à l’imparfait,

Recréant dans son ensemble une unité,

D’amour, de joie, de splendeur et de paix,

Fusion des extrêmes dans lequel l’amour règne.

Fusion exquise et parfaite dans laquelle,

Il est un règne de symphonie Divine et humaine.

Marie Christal

©®

22:52 Écrit par Marie-Christal dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : amour, symphonie, spiritualite, plume blanche |  Facebook |

Saison folle,

 

 

Tu ne laisses pas l’été se terminer,

Que déjà te voilas tu apparais,

Glissant de ci et de la

Quelques petits coups de vent frileux,

Qui veulent nous fairent comprendre,

Que nos pulls laineux nous attendent.

Une pluie fraîche qui semble balayer,

Sur son passage,

Les pétales de roses tourmentées,

Faisant désastre des bouquets d’été.

 

Saison folle

Ou les feuilles tourbillonnent,

Comme étant invitées,

A la valse de la fin d’été !

Les jardins emplis d’embrun,

Ne laissent présager

Que de belles et longues soirées,

Assis au coin de nos cheminées,

Observant la bûche crépiter,

Lorsque le vent viendra hurler,

Aux battants de nos portes bien fermées.

 

Saison folle

Ou les feuilles tourbillonnent,

Comme étant invitées,

A la valse de la fin d’été !

Et maintenant c’est nous,

Que tu appelles en arrivant,

Pour que nous nous rendions,

A la cueillette des fruits succulents,

Pommes, prunes, poires et noix,

Mais aussi les champignons des bois,

Que nous irons quérir sur un tapis colorés,

Qui paraît féerique à nos yeux émerveillés.

 

Saison folle

Ou les feuilles tourbillonnent,

Comme étant invités,

A la vase de la fin d’été.

De nos pique-niques enchantés,

Tu sais te faire un moment oublié,

Tu enregistres les visages égayés,

Les éclats de rires, les cœurs ravis,

Des enfants heureux, petits et grands,

Tu graves à jamais ces moments magiques,

Pour qu’ils conservent leur âme d’enfant.

 

Saison folle

Ou les feuilles tourbillonnent,

Comme étant invitées,

A la valse de la fin de l’été,

Saison folle

Si belle dorée, doux automne,

Tu sais te faire aimer.

 

Marie Christal

©®

05:29 Écrit par Marie-Christal dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : saison, automne |  Facebook |