25/05/2006

Poètes maudits,

 

 

Aujourd’hui sous mes doigts ma plume s’est cassée,

De ces centaines de textes revus et classés,

Je me demande pourquoi ne pas tout effacer,

 

Poètes maudits vous êtes bannis,

Marie l’est aussi première elle sera partie,

Elle est envahie moi destin j’ai réussis,

Lentement je ruine sa vie pour l’obliger à abandonner,

Je lui ai déjà tant pris et aujourd’hui je gagne la partie,

 

Des brisures entres mes doigts sont restées,

Je les utilise pour encore tenter de pouvoir écrire,

Mes doigts sont colorés de tremper dans l’encrier,

 

Poètes maudits vous êtes bannis,

Marie l’est aussi première elle sera partie,

Elle est envahie moi destin j’ai réussis,

Lentement je ruine sa vie pour l’obliger à abandonner,

Je lui ai déjà tant pris et aujourd’hui je gagne la partie,

 

Jusqu’au bout j’utilise chaque morceau,

Pour me battre ma plume je reconstituerais s’il faut,

Si tu parviens à gagner, que l’inspiration me soit ôtée,

Mais alors c’est avec autre chose que je recommencerais,

Tu peux me maudire autant qu’il te plaît,

Mais je dois te dire que tu n’as pas encore gagné,

Chassée d’un côté, tu me verras d’un autre revenir,

Et je recommencerais jusqu’à ce que ce soit moi,

Qui t’ai gagnée,

Et à ma plume blanche j’ajouterais un bout doré,

A l’encre de mon cœur les mots je coucherais sur le papier,

 

Poètes maudits vous êtes bannis,

Marie l’est aussi mais elle ne veut pas s’en aller,

Je l’avais envahie je croyais avoir réussis,

Lentement je ruinais sa vie pour l’obliger à abandonner,

Je lui ai tant pris, mais elle a recommencé,

Et aujourd’hui c’est moi qui perds encore la partie.

Marie Christal

©®

 

 

 

 

 

16:58 Écrit par Marie-Christal | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

il n'est pas de poêtes maudits il n'est de maudits
que mes écrits
et aujourd'hui
j'en suis contrit

Écrit par : aramis-le-rimailleur dingo | 25/05/2006

Répondre à ce commentaire

Coucou merci pour ton commentaire et à très bientôt
Amitiés

Écrit par : Vincent | 26/05/2006

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.