12/04/2006

La plume du maître,

Le maître vint s’assied devant sa table,

Il saisit sa plume,

Et,

Il se mit à écrire sur sa page blanche,

 

Vis ta vie,

Tu ne dois pas attendre que quelqu’un d’autre

Te la fasse belle à ta place

Car tu te dois d’employer tous les moyens,

De bien acquis après tant d’années d’apprentissage

 

Vis ta vie,

Ne cherches pas le bien d’autrui,

Tu dois t’en remettre à ton esprit,

A ton savoir

Et,

 

Vis ta vie,

Nul ne t’apportera sur un plateau d’or,

Ce que tu désires voir étinceler d’une vie bien remplie,

 

Vis ta vie,

Acceptes une aide fournie mais,

Ne quémandes jamais tu n’en aurais que regrets,

 

Vis ta vie,

Car lorsque sonnera l’heure de tout arrêt,

A la grande pendule de ton destin

Tu résonneras de tout ton être,

Comme en étant toi-même le gong,

Et,

Cette vie se devra d’avoir été bien accomplie

Vis ta vie,

Ne t’arrêtes pas en chemin,

Avance sans cesse marches devant toi,

Et,

Surtout n’oublies pas que

Bien mal acquit ne profite jamais,

Maintenant vas mon enfant,

Et,

Vis ta vie,

Le maître se relu il acquiesça signa

Et,

                                                              Il s’en alla.                                  Marie Christal ©®

00:41 Écrit par Marie-Christal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.