31/03/2006

Mon amour,

Je t’attends depuis si longtemps déjà, peut être toujours,

Je désire tant me blottir tendrement aux creux de tes bras,

Dans tes longs cheveux dorés et bouclés je glisserais mes doigts,

Je plongerais mes yeux dans l’azur des tiens si bleus,

Je m’y perdrais j’y abandonnerais ma raison pour toi,

Jusqu'à ce que n’existe plus que la raison d’être à toi,

Mon souffle se fera court mes lèvres brûlantes de désir,

Que les tiennes les rejoignent pour un doux baiser,

Mon amour,

Je me languis à ta seule pensée tu es si loin de moi,

Je ne puis que te rêver puisque tu n’es pas la à mes cotés,

Je ne sais que t’inventer j’ai si grand désir de toi,

De mes jours tu es la pensée, de mes nuits les rêves

Je te fais exister au seul désir de te matérialiser,

Je m’offre la seule folie qui me fasse être aimée,

Je devine ton corps, ton visage, ton être tout entier,

Je me laisse aller à te savourer toi que j’ai créé,

Mon amour,

Si tu existais puisse t’il m’être donné,

De pouvoir un jour te rencontrer me sentir frémir,

Presque défaillir quand nos regards se croiseraient,

Je passerais mes doigts dans tes boucles dorées,

Nos visages lentement se rapprocheraient et,

Dans un ultime élan nos lèvres se brûleraient au toucher,

Je verrais alors ton regard s’éclairer d’un nouveau jour,

Lorsque tu découvrirais ce qui t’appartient depuis toujours,

Mon amour.

Marie Christal

©®

20:44 Écrit par Marie-Christal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.