27/03/2006

L'amour du père,

Lorsque tu es né à ton esprit j’ai versé,

Le fluide qui te conduirais jusqu'à moi,

Qu’en as-tu fais,

J’ai placés au creux de tes rêves,

Les anges qui venaient chanter pour toi,

Leurs plus douces allégories célestes,

Qui t’ont si longtemps bercées,

Qu’en à tu fais,

 

Maintenant je t’entends m’appeler,

Je regarde tes yeux larmoyants,

Je veux encore pouvoir t’aider,

Souviens toi oh mon bien aimé,

Qu’en toi se trouve le jardin d’Eden,

Qu’en as-tu fais,

 

Tu l’as oublié avec le temps passé,

Remémores toi ces merveilleux instants,

Ou tu possédais l’âme d’un enfant,

Oublies donc tout ce qui t’entoure,

Fais moi le plus merveilleux retour,

Je suis sans cesse à tes côtés,

 

Reviens moi car

C’est toi qui ne sais comment m’écouter,

Pourtant je reste près de toi,

Tel un bon père je suis toujours la,

Peux tu encore comprendre cela,

Mon image et ma voix sont en toi,

Mais,

Qu’en as-tu fais.

Marie Christal

©®

20:20 Écrit par Marie-Christal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.