24/03/2006

Le poête du vent,

Assis sur le sable au pied de la dune,

Tu remplis les pages au seul bruit des vagues,

Le vent fouette ton visage à la peau tannée par le temps,

Tu ne semble point perturbé,

Tu écris inlassablement,

Faisant tourner les pages déjà remplies,

Mais tu n’es point absorbé par tes écrits,

Ton regard hagard fixe l’horizon,

Qui semble être le point central de ton admiration,

Pendant que le vent vole tes mots,

Une par une tes pages arrachées

Ont toutes été volées par le temps,

Qui les a emportées en offrande à l’océan.

Marie Christal

©®

18:15 Écrit par Marie-Christal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.