16/03/2006

Aux portes des cieux,

Aux portes des cieux,

J’ai déposé de l’or,

Il me fut aussitôt rendu

Aux portes des cieux,

J’ai déposé un trésor,

Mais les gardiens de la divine porte,

N’en ont pas voulu,

Et tout me fut rendu

Ne sachant que donner,

Bien qu’avoir mûrement réfléchi,

Ne sachant plus que faire,

Emprunte de tristesse,

Je tombais à genoux,

Et,

Les larmes coulèrent sur mes joues,

Je sentis alors une main très douce,

Qui vint mes larmes récolter,

Et,

Une voix me dit,

Voici ce que Dieu attendait,

Que tu t’en remettes à lui,

C’est ce que tu as fait,

En lui tu t’es remise,

Tes larmes seront séchées,

Et,

Du glaive de feu,

Tes ennemis seront châtiés,

Ils seront tous foudroyés

L’âme en paix,

Le cœur allégé,

Je m’en allais vers une nouvelle destinée.

Marie Christal

©®

17:33 Écrit par Marie-Christal | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

... change la couleur de police !!

Écrit par : ... | 16/03/2006

Répondre à ce commentaire

D'accord, D'accord c'est fait, merci de cette gentille suggestion!

Écrit par : Marie Christal | 18/03/2006

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.