14/03/2006

La plume du maître,

Le maître vint s’assied devant la table,

Prit sa plume,

Et,

Sur le papier, se mit à écrire,

L’ordre étant établi,

Nul ne peut se permettre de le détruire,

Si ce n’est le sage,

Qui d’une parole mesurée

Pourra tout défaire pour mieux rebâtir,

L’ordre dictatorial, pourra ainsi être détruit,

Mais le sage qui parlera le fera au seul nom du peuple,

Afin de pouvoir dés lors établir un ordre,

Qui sera en soi, tout à fait démocratique,

Les paroles qui déséquilibrent

Doivent êtres sitôt remplacées

Par celles qui rééquilibrent,

Sans que le sang n’ait à couler,

Dés lors le sage sera reconnu comme tel,

Par sa seule sagesse d’esprit,

Celui qui ne peut agir comme tel,

S’abstiendra de parler durant toute sa vie,

Et,

Le sage rapportera par écrit,

Toutes paroles ou actions dites ou faites

Rétablissant ainsi un ordre général,

Qu’il se gardera bien de gérer mais seulement de veiller,

Le maître se relu,

Il acquiesça signa et, s’en alla.

Marie Christal

©®

03:50 Écrit par Marie-Christal | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.